​ Côte d’Ivoire-Libéria, L’armée libérienne en terre ivoirienne, des burkinabè mis en cause

Une rencontre bipartite s’est tenue à Bloléquin du 24 au 27 mai dernier en vue de juguler la crise de la frontière et de l’occupation anarchique des forêts libériennes par des planteurs burkinabè qui transitent par la Côte d’Ivoire. Le chef de délégation libérienne était le préfet de Zwedru, Hon Kai Farly. Selon une source sécuritaire qui a pris part à la rencontre, deux points ont meublé les échanges entre ivoiriens et libériens. « Il y a un problème de délimitation de frontière à établir. A Bloléquin, ce problème ne se pose pas car c’est une frontière fluviale mais à Toulépleu, avec la frontière terrestre, il faut une nette délimitation » fait savoir notre source.

Le deuxième point qui a cristallisé l’attention des deux délégations était la question de l’infiltration des forêts libériennes par des planteurs burkinabè qui transitent par la Côte d’Ivoire. « Pour les autorités libériennes, il s’agissait de s’assurer que la Côte d’Ivoire, au plus haut niveau, même régional, n’est pas impliquée dans cette invasion forestière. Il y a de grands acheteurs de cacao qui sont derrière ce trafic et les libériens soupçonnent les mains de l’Etat » révèle la source de PôleAfrique.info.

A cette rencontre en terre ivoirienne, étaient présentes toutes les couches sociales dirigées par le sous-préfet de Bloléquin, Koffi Kan Claude. Un cadre d’échanges permanent a été institué entre les forces armées libérienne et ivoirienne et une forte implication des deux pays pour une gestion efficiente du foncier rural.

Adam’s Régis SOUAGA

Source : rédaction PôleAfrique.info

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *