2020- Les yeux doux des clans Soro et Bédié  à l’opposition, une alliance envisagée ou envisageable ? Décryptage

S’achemine-t-on vers une recomposition du paysage politique ivoirien avec l’annonce du lancement du parti unifié RHDP sans Konan Bédié, et au regard des yeux doux  à l’opposition, de certains cadres proches de Soro Guillaume et de Bédié lui-même ? Les experts déchiffrent.

Le RHDP, parti unifié, se présente à l’opinion ce lundi 16 juillet 2018. Majoritairement animée par des cadres RDR, l’alliance unifiée qui se dessine comporte des cadres frondeurs du PDCI. L’UDPCI et des petits partis enclins à une crise interne comme le PIT et le MFA sont également de la mouvance. Le RHDP, parti unifié, affiche sa volonté de candidater à la présidentielle de 2020.

 Qui en face pour concurrencer la  machine menée par Alassane Ouattara ?  Le PDCI d’Henri Konan Bedié tient à une alternance interne à son profit. Mais cette idée semble s’éloigner au regard du dernier développement de l’actualité. Le RDR demande à Alassane Ouattara d’accepter d’être le président du parti unifié.

 Dans le camp Soro, même si le concerné ne le dit pas, on est convaincu d’un destin présidentiel du « leader générationnel ». Le FPI conduit par Affi N’Guessan est dans la même lancée. Idem pour le FPI de Sangaré caché derrière la plateforme politique EDS. Abonné au boycott, EDS a affirmé être présent à la présidentielle de 2020.

 Pour bon nombre d’observateurs, l’hypothèse d’une alliance entre les entités opposées ou supposées opposées au RHDP qui sera lancé ce lundi, n’est pas à exclure. Des alliances nouvelles ne manqueront pas de naître. Et celle entre le PDCI, l’opposition et des proches de l’Assemblée nationale Guillaume Soro est  possible. La configuration politique actuelle semble s’y prêter.

Henri Konan Bédié a reçu le Cojep de Blé Goudé. Bien avant, c’est à Affi N’Guessan qu’il a accordé une entrevue à Daoukro.

 Et depuis peu, Akossi Benjo, l’actuel maire du Plateau,  devient l’un des rares cadres du PDCI, proche de Konan Bédié à demander publiquement la libération des prisonniers liés à la crise post électorale de 2010 et même la libération de Laurent Gbagbo. Une revendication chère au FPI et à ses alliés.

 De leur côté, des proches du président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro – lui-même y compris – multiplient des actions, prémices d’un rapprochement avec l’opposition politique. Ce sont entre autre, une visite annoncée au président Laurent Gbagbo à la CPI souhaitée par le chef du parlement ivoirien.

Soro Guillaume lui-même parle de « prisonniers politiques » là où Alassane Ouattara réfute cette appellation.

 Au cours de sa conférence de presse du 8 juillet 2018, Soro Kanigui, président du Réseau des Amis de la Côte d’Ivoire (RACI) (mouvement politique proche de Soro Guillaume), condamnant l’assassinat de son militant Soro Kognon à Korhogo, s’est montré quelque peu nostalgique de l’ère des frontistes, y compris  quand lui était dans ses apparats de rebelle.

 FPI d’Affi : « le rapprochement est réciproque »

Du côté de l’opposition politique l’on fait remarquer que le rapprochement est réciproque.  «C’est le jeu républicain », commente Kouadio Jean-Bonin, secrétaire général adjoint du Front populaire ivoirien (FPI), qui précise qu’aucune alliance avec son parti ne sera tissé que pour le pouvoir. « Chacun essaie de travailler à se rapprocher du parti avec qui il partage les mêmes aspirations. La volonté reste à l’un et à l’autre dans ce cadre, de former une alliance. C’est dans cet esprit que le PDCI a été approché par le président du Front populaire ivoirien en vue de mettre en place une nouvelle alliance pour sauver la Côte d’Ivoire, étant entendu que l’alliance RHDP n’y est pas arrivée. Nous sommes donc courtisés par un certain nombre de partis politiques et des mouvements de la société civile », précise Jean-Bonin.

Puis d’ajouter que son parti mène également des démarches. « Nous également courtisons d’autres partis politiques et des mouvements de la société civile. Mais en tout état de cause, pour le moment nous n’envisageons des alliances ou des coalitions qu’avec des entités juridiques qui partagent avec nous cette aspiration qui est la sauvegarde de la nation ivoirienne. Nous n’irons pas faire des alliances justes pour arriver au pouvoir. Mais une alliance se fera si et seulement si cette alliance va dans l’intérêt des ivoiriens », fait savoir le collaborateur de Pascal Affi N’Guessan, joint par Poleafrique.info.

Les analystes, pour leur part, décryptent la faisabilité d’une telle alliance.

 « Nous allons vers la configuration de 2000 où, nous avions tous les partis unis dans l’opposition politique contre le pouvoir d’alors que tenait le PDCI. Mais la seule chose qui est incertaine, c’est la position de Soro Guillaume qui vient de voir un autre de ses proches, nommé ministre. Il sera un maillon important dans l’affaire, sinon toutes les autres alliances sont possibles », analyse Dr Blé Kessé, enseignant-chercheur en Sciences politiques à l’université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo, joint par Poleafrique.info.

 Professeur Dogbo Pierre est directeur de l’école des Sciences politiques de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Cocody. Selon lui, il faut s’attendre à tout car l’ivoirien ne veut qu’un président fasse plus de dix ans au pouvoir. « Le président Alassane Ouattara a été le premier a dégainé. Dans ce contexte donc, il faut s’attendre à tout. Vous savez, les ivoiriens ne veulent plus qu’un président fasse plus de 10 ans au pouvoir. Et pour cela, même s’il faut une union sacrée pour l’évincer, cela aura lieu. Ainsi donc, on aura une alliance FPI, PDCI et pro Soro puisque le président de l’Assemblée Nationale est lui aussi en train de perdre dans cette affaire », analyse pour Poleafrique.info le politologue.
 
 Un proche du pouvoir d’Abidjan, lui, ne croit pas en une telle alliance. «  Alassane Ouattara a une longueur d’avance. Le PDCI de Bédié est également comptable de sa gestion. Les soroïstes aussi sont comptables.  Comment convaincront-t-ils l’opposition de les suivre ? », Questionne-t-il.
 
Jusque-là en Côte d’Ivoire, seule le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), la coalition au pouvoir créée en 2005 a pu résister au temps. Mais elle connait dernièrement des convulsions internes. Des palabres entre des cadres des partis qui la composent y a fait naitre un malaise. Le RDR et le PDCI les deux poids lourds de cette mouvance présidentielle ont de plus en plus de mal à s’accorder sur certains points. Notamment sur la question de l’alternance au pouvoir en 2020 et le projet de création du parti unifié RHDP.

 

Nesmon De Laure et Richard Yasseu

Source : rédaction Poleafrique.info

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *