Alternance politique-  Jean Louis BILLON, « Nous ne voulons pas du parti unifié »

Le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA chargé des études, de la prospective et de la propagande lors de sa visite à Soubré, Samedi 10 juin 2018, a barré les T et mis les points sur les i dans le débat sur l’unification tant recherché des partis houphouétistes.

Jean Louis Billon n’est pas passé par quatre chemins pour dire haut et fort ce qui se murmure bas et crée des dissensions au sein de son parti, le PDCI-RDA. « Nous ne voulons pas du parti unifié » a-t-il fait savoir, sans état d’âme devant les militants de Soubré réunis en grand nombre.

« Nous ne voulons pas du parti unifié ; Le PDCI-RDA aura un candidat, militant actif en 2020 ; Enrôlez-vous, enrôlez-vous. N’écoutez pas ceux qui appellent au boycott sinon comment vous voulez vous que les choses changent si vous demeurez dans le statu quo » a-t-il exhorté les militants de son parti.

Jean Louis Billon qui ne ménage aucun effort pour dénoncer la course au parti unifié a été sans égards pour les partisans du RHDP au sein de son parti. « Jusqu’à présent, personne ne nous a montré que le PDCI-RDA était mauvais et qu’il devrait disparaitre, ceux qui défendent éperdument la cause du parti unifié, dites-vous une chose : ils se sont vendus et ils ont été achetés. Si vous ne savez pas c’est cela la vérité. Ils se sont vendus jusqu’à leur âme, ils n’ont plus rien à perdre. Ils défendent, au contraire, des intérêts personnels, des intérêts particuliers, des postes » a-t-il soutenu. A contrario, fera-t-il savoir, « Mais nous, nous défendons la Côte d’Ivoire, nous défendons le PDCI-RDA, nous défendons des valeurs, nous défendons des principes. »

L’ancien président du conseil régional du Hambol et ex-ministre du Commerce et de la promotion des PME a fait savoir que « Ceux-là qui vous parlent du parti unifié, ne vous disent pas la vérité. La loi de 1993, relative aux partis politiques interdit l’existence de partis unifiés, soit vous êtes dans un parti unifié et votre parti disparait ou vous existez donc si nous allons au parti unifié, on éteint le PDCI-RDA. Certains ont intérêt, peut-être à voir leur parti disparaitre par ce qu’ils sont insignifiants et donc ils veulent exister dans une plus grande formation et ils veulent exister auprès du PDCI-RDA, le plus grand, le plus ancien. »

« Après l’ANC en Afrique du sud, nous sommes le second plus ancien parti politique sur le continent africain. Né en 1946, le PDCI RDA a 72 ans mais il reste un jeune parti, comparé au parti démocrate américain qui a près de 200 ans et d’autres partis dans le monde qui sont beaucoup plus anciens mais qui vivent encore et qui sont transmis de génération en génération » a rappelé M.Billon.

Rappelant l’histoire de la Côte d’Ivoire moderne, l’envoyé d’Henri Konan Bédié dans la Nawa a soutenu que « Tout ce sur quoi vous marchez, toutes les institutions (…), tout a été mis en place par le PDCI RDA. »

« Aujourd’hui, nous profitons de cet héritage ; qui que l’on soit, quel que soit votre parti politique, vous êtes avant tout et pour toujours les héritiers du PDCI RDA » a poursuivi le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA chargé des études, de la prospective et de la propagande.

Il a salué le Front populaire ivoirien « notre opposition traditionnelle » avant de soutenir que « le PDCI-RDA n’a pas d’ennemi il n’a que des adversaires politiques. »

« Nous respectons notre opposition, nous la voulons libre, constructive de sorte que quand arrive l’alternance, cette opposition soit en mesure de bien gérer le travail que nous avons su bien faire. Et c’est cela la vraie démocratie, nous sommes ensemble, nous avons un intérêt commun qui est la Côte d’Ivoire » a indiqué Jean Louis Billon.

Le chef de mission du PDCI-RDA à Soubré a rappelé le parcours de son parti depuis 2010 mais aussi bien avant, pour la sortie de crise.

« Aujourd’hui, le PDCI-RDA décide de s’organiser pour présenter un candidat à l’élection présidentielle en 2020. Chers militants, chers militantes, le temps de sacrifice est terminé. En 2020, vaille que vaille, le PDCI-RDA aura un candidat militant actif du parti et c’est non négociable. Ne vous laissez pas distraire par des discours contraires, ne vous laissez pas distraire par ceux qui appellent au parti unifié. Dites-leur que la Côte d’Ivoire n’a pas besoin de parti unifié, les Ivoiriens ont besoin d’une Côte d’Ivoire réunifiée » a recommandé Jean Louis Billon.

« Mais pour que l’on puisse accéder au pouvoir en 2020, il nous faudrait un maximum de votes et cela passe par les inscriptions sur les listes électorales. Inscrivez-vous entre le 18 et le 24 juin prochain, allez sortir tous les enfants qui sont devenus majeurs à cette date » a-t-il exhorté les militants.

M.Billon a assuré que « 2020 est très importante pour nous même s’il est vrai que vous avons des échéances électorales municipales et régionales qui nous donneront déjà une cartographie de ce que sera peut-être la Côte d’Ivoire dans deux ans. » Il justifie l’empressement à unifier les partis houphouétistes par la « défaite » qui se profile à l’horizon. « C’est pourquoi des personnes sont pressées d’effacer une défaite certaine en allant au parti unifié. Non, nous sommes assurés que ce sera le PDCI-RDA qui gagnera » assure-t-il, confiant.

« Vous avez entendu beaucoup de personnes dire allons au parti unifié pour la paix et pour la stabilité. Un seul parti n’est pas garant de la paix, c’est le respect mutuel qui existe entre nous qui garantit cette cohésion sociale, le vivre ensemble. C’est le PDCI-RDA qui demain pourra remettre la Côte d’Ivoire sur pied » estime l’ancien ministre du Commerce et de la Promotion des PME.

Il a reconnu que « Les ivoiriens ne sont pas en palabre entre eux, ils veulent se déplacer librement sur l’ensemble du territoire. Seul le PDCI-RDA intègre tout le monde partout où vous irez, il ne vous demande ni votre nom, ni votre ethnie mais bien vos difficultés et il apporte des solutions communes. »

Jean Louis Billon a rassuré ses interlocuteurs,  « voici le message que le président BEDIÉ m’a chargé de vous livrer dans la paix et la concorde » a-t-il soutenu avant de prendre congé des militants de la Nawa.

Adam’s Régis SOUAGA

Source : rédaction PôleAfrique.info

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *