Après sa démission – Guillaume Soro crée le ‘’Comité Politique’’ pour chercher « le fauteuil »

C’est à son domicile privé d’Abidjan Marcory ce vendredi 15 février que Guillaume Soro a levé un coin de voile sur son avenir politique dans le pays. Il a annoncé la création d’un « Comité Politique » qu’il dirige.
 
 
Le Comité Politique (CP), c’est la structure que vient de mettre sur pied Guillaume Soro en vue de préparer sa participation au débat politique de son pays. Fondateur de ce nouveau-né sur la place politique ivoirienne, le désormais ex-président de l’Assemblée nationale en a donné le sens. Cette structure précise-t-il, n’est pas un parti politique, et n’indique nullement qu’elle intégrera la plateforme des partis politiques de l’opposition annoncée par l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié.
 
Sa mission ? « Mener des réflexions sur les grandes questions d’intérêt national, de proposer des instruments et des cadres de promotion de la démocratie, de consolidation de l’état de droit et d’affermissement des valeurs républicaines », tel que mentionnée dans la déclaration portant création de ce mouvement. Toutefois, Guillaume Soro entretient le flou sur sa participation ou non à la prochaine présidentielle prévue dans le pays en 2020. « Je libère le tabouret pour aller chercher le fauteuil pour être plus confortable », dit-il sans toute autre forme de commentaire. Laissant à sa formation le soin d’en décider.
 
Pour le député de Ferkéssedougou, son avenir se joue désormais au « Comité Politique » et non au RHDP où l’éventualité d’un retour sera soumise aux décisions de ce comité politique. Idem pour le RACI (Rassemblement pour la Côte d’Ivoire, mouvement proche de lui en passe de devenir un parti politique). Interrogé sur des présumées coups en préparation contre sa personne comme rapporté par des médias, Guillaume Soro tout en évitant les questions, affiche sa sérénité. « Je n’ai pas lu cela comme vous. Mais pour être honnête, je n’ai pas d’éléments sur quelques intentions du pouvoir. Maintenant le comité politique est créé. Il me semble que c’est un droit constitutionnel de participer à l’expression démocratique dans son pays. Devrait-on avoir peur de la loi fondamentale, de la Constitution, devrait-on avoir peur de participer au débat constitutionnel ? Je réponds à cette question Non », réagit il.  
 
L’ex-président de l’Assemblée National a aussi confirmé qu’il s’est inscrit dans le nouveau groupe parlementaire en cours de création et dénommé, le “Rassemblement”.
 
S’agissant d’une rencontre entre lui et Laurent Gbagbo l’ex-dirigeant ivoirien, le conférencier répond : « Si le président Gbagbo le désire et j’en ai déjà fait l’appel, je le rencontrerai. Il a été président de la Côte d’Ivoire, j’ai été son Premier Ministre, s’il le désire je le rencontrerai ».
 
Richard Yasseu
Source : rédaction Poleafrique.info 
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *