Armée- Nouvelle menace ? Un ex-délégué des soldats à Bouaké : « Voici l’objectif »

Le confrère Notre Voie a rendu public ce lundi 12 février une information relative à une « grogne » qui couverait dans l’armée ivoirienne après les efforts consentis par le Chef de l’Etat en vue de trouver réponse aux préoccupations des soldats suite aux différents mouvements qui ont secoué les rangs en 2017. La source de cette menace sur la sécurité nationale, les soldats issus des rangs de l’ex-rébellion des Forces Nouvelles connus sous l’appellation de « contingent 8400 ». Où sont-ils ? « Au 3è bataillon d’infanterie de Bouaké ». Qui le dirige : Le Colonel Hervé Touré, un ancien commandant de la zone 2 des Forces Nouvelles, donc un ex-rebelle ! La boucle est bouclée.

PôleAfrique.info est donc allé au contact de la troupe pour avoir la vérité sur cette éventuelle menace. « C’est faux et archifaux, il n’y a eu aucune réunion par petits groupe ici à Bouaké ou ailleurs » s’écrit un des ex-délégués de la mutinerie de novembre 2014.

Sorti de son sommeil pour répondre à nos questions, il a mis quelques temps pour saisir la gravité des accusations portées contre eux. « En son temps, au cours d’une réunion avec le ministre Paul Koffi Koffi, il nous interpellait sur des actes de déstabilisation. Nous lui avons répondu ne pas nous reconnaître dans les faits et que chaque fois que les gens veulent créer des situations de trouble, ils dirigent les regards sur nous. Moins de 72h après, le camp d’Akouédo était attaqué. Plus tard, nous rencontrant, il nous a donnés raison. C’est la même chose, on nous accuse pour mieux crédibiliser une action de déstabilisation. L’affaire du CCDO n’a rien à voir avec ce que le journal là a écrit, c’est faux, c’est un gros mensonge » raconte notre interlocuteur maintenant bien réveillé.

« Il faut que le Ministre Hamed Bakayoko et ses hommes soient vigilants. Venant de la part de ces gens, c’est une alerte, c’est un signal, il faut que les gens soient plus que vigilants, ils détournent les regards sur Bouaké, qui a déjà son nom gâté pour mener des actes de subversion, on ne se reconnaît pas dans cela » invite-t-il.

Avant d’indiquer que  « avec ce que chacun a reçu comme arriéré d’impayé, ceux qui veulent réussir leur vie, construisent une petite case actuellement »  

Un officier en mission, issu du 3è Bataillon d’infanterie a lui été plus précis : « Et cette histoire de 3è Bataillon est toujours mis devant pour discréditer le Colonel (Hervé Touré, en formation et donc hors de Bouaké, NDLR). A Bouaké, il y a plusieurs camps militaires. Sur notre site, nous avons la région militaire (RM), le BASS (Bataillon d’artillerie Sol-sol) et le 3è Bataillon d’infanterie. Les gens ont pris la sale manie de chaque fois indexer le 3è Bataillon dont les éléments n’ont pas été impliqués dans les récents événements de janvier avec le CCDO. C’était ceux du BASS. Il y a comme une intention de nuire » dénonce-t-il.

En tout état de cause, les hautes autorités sont averties et devraient être plus que vigilantes face à cette histoire, un peu tirée par les cheveux mais qui pourrait cacher une vraie manœuvre.

Adam’s Régis SOUAGA

Source : Rédaction PôleAfrique.info

Vos commentaires via Facebook