Axe Guiglo-Taï- 6h de calvaire, de gros travaux  de reprofilage annoncés, La population, “Nous voulons du bitume”, Anne Ouloto: Il faut avoir de l’espoir, le Président connait notre besoin”

Les usagers de la route Guiglo-Taï auront moins de souci dans peu de temps. Difficilement praticable en saison de pluie comme en saison sèche, le tronçon Guiglo-Taï long de 85 kilomètres sera réhabilité sous peu. Le ministre Anne Désirée Ouloto, présidente du conseil régional du Cavally a procédé au lancement des travaux le week-end dernier à Guiglo.

Aller à Taï depuis Guiglo, relève d’un véritable parcours de combattant. Long de 85 km, le tronçon Guiglo-Taï est un cauchemar pour tout voyageur. En saison pluvieuse comme en saison sèche, il n’est pas aisé de se rendre à Taï. Des gros points critiques jonchent le chemin à telle enseigne que l’on met 6 heures de temps pour atteindre Taï. Là où l’on pouvait faire une heure ou une heure et demie.
 
<<La route là, ça ne va pas du tout. On n’arrive pas à rouler à cause des trous. Si la route est bonne jusqu’à Zagné, on met 30 minutes. Mais actuellement il faut 2 heures pour  arriver à Zagné qui est à une quarantaine de kilomètres de Guiglo. C’est vraiment difficile>>, se plaint Yao Henri, planteur à Zagné. 
 
Albertine Gnénaho est sans voix face aux préjudices que l’état défectueux de la route leur fait subir. <<Pour venir à Guiglo, nous nous sommes réveillés à 3 heures du matin pour prendre le départ et c’est à 9 heures que nous sommes arrivés. La situation est difficile pour nous. Nous avons toute sorte de culture vivrière qui produit bien. Mais par manque de route, tout pourrit en brousse. Nous voulons vraiment le bitume afin que nous puissions bénéficier des retombées de nos champs“, souhaite-t-elle. 
 
De même, les responsables de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves en charge de la protection du parc de Taï militent pour le bitumage de la route Guiglo-Taï pour faciliter leur travail et accroître le tourisme en ce lieu.
 
Cette douloureuse situation va connaître un dénouement temporaire grâce au programme d’entretien routier lancé par l’État ivoirien. Car il s’agit  d’un reprofilage.  Une nouvelle qui réjouit plus d’un.
 
<<Nous sommes heureux de voir des engins sur cette route qui est un véritable cauchemar pour nous. Nous sommes heureux mais cette joie va durer combien de temps. Vu que la zone est arrosée régulièrement par de grosses pluies. Le reprofilage est bien mais le goudron est mieux pour cette route où il y a assez de points critiques>>, propose Kahé Pierre. 
 
<<Il nous faut le bitume. Sinon le perpétuel reprofilage ne nous arrange pas. Nous souhaitons que la route Guiglo-Taï soit bitumée après celle de Toulepleu. Nous le demandons au président Alassane Ouattara>>, insiste le sénateur Paul Déhé.
 
Anne Désirée Ouloto, qui venait d’arborer fièrement son écharpe de présidente du conseil régional du Cavally, a pour sa part demandé aux populations d’avoir de l’espoir quant au possible bitumage de la route de Taï. 
 
<<Pour aider nos régions à lutter contre la pauvreté, il faut que nos populations aient à écouler leurs produits agricoles. Pour remédier à cela il faut réparer les routes. La route de Taï est une sorte de hantise pour moi. Il faut espérer pour cette route de Taï. Le président de la République sait que nous voulons plus du bitume que du reprofilage. Chaque chose en son temps. Il faut faciliter le déplacement des populations et ce sera fait>>, a indiqué la seule femme présidente de conseil régional du pays.
 
Dan Olivier , Correspondant Ouest (Envoyé spécial)
Source: rédaction PôleAfrique.info
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *