Croissance économique- La BAD, “Il faut des investissements dans les infrastructures et la gouvernance”1,3 milliards d’investissement en cours.

Le nouveau Document de Stratégie Pays (DSP) de la Banque africaine de développement pour la Côte d’Ivoire a été adopté et entériné par son Conseil d’administration, à Abidjan, début septembre dernier.

La Banque Africaine de Développement demande aux autorités ivoiriennes de poursuivre les investissements dans les infrastructures et le renforcement de la gouvernance. C’est ce qui ressort des recommandations de la BAD au terme de l’étude de l’évolution économique du pays assorti d’un nouveau document de stratégie pays pour la période 2018-2022.

Pour permettre à la Côte d’Ivoire de tirer profit de ses points forts, de relever les défis majeurs auxquels elle est confrontée et d’atteindre les objectifs de son Plan national de développement 2016-2020, la stratégie 2018-2022 de la Banque pour le pays repose sur deux piliers. Le renforcement, d’une part, de la gouvernance et des infrastructures dans les secteurs des transports, du développement urbain et de l’énergie. Et le développement, d’autre part, des chaînes de valeurs dans l’agro-industrie grâce à une montée en gamme dans les processus de transformation des filières porteuses (cacao, café, coton, anacarde…).

Après le troisième pont qui relie Cocody-Riviera à Marcory, un quatrième pont doit être construit dans la capitale économique ivoirienne qui fait face au défi des transports urbains.

Ce Document, qui couvre les quatre prochaines années (2018-2022), définit le cadre stratégique de la coopération entre la Banque africaine de développement et la Côte d’Ivoire, énonçant les objectifs prioritaires, ainsi que les grands axes de la réponse stratégique proposée en termes d’assistance financière et d’opérations spécifiques, outre les résultats escomptés.

Adopté à une période charnière du développement de la Côte d’Ivoire, ce nouveau DSP vise à amplifier les progrès enregistrés au cours des cinq dernières années. Le pays doit désormais franchir un nouveau palier dans son ambition de bâtir une économie émergente, plus diversifiée, inclusive et résiliente aux chocs extérieurs.

«Malgré un environnement mondial peu favorable, l’économie ivoirienne continue d’enregistrer une forte croissance avec un taux de 8 % à 10 % depuis 2012. Le cadre macroéconomique est sain et les perspectives économiques à moyen terme restent favorables. Le pays dispose d’atouts pour maintenir son taux de croissance actuel », a assuré Marie-Laure Akin-Olugbadé, Directrice générale de la Banque pour l’Afrique de l’Ouest.

Face au Conseil d’administration qui procédait à l’examen du DSP, celle-ci a souligné la nécessité de consolider le processus de diversification de l’économie engagé par les autorités ivoiriennes. Le pays doit également enclencher une nouvelle génération de réformes économiques et sectorielles pour attirer les investissements directs étrangers et privés.

La Banque africaine de développement reste un partenaire stratégique de premier plan pour la Côte d’Ivoire, où elle a son siège historique, à Abidjan. Depuis le début ses opérations dans le pays, la Banque y a engagé 3,22 milliards de dollars. Le portefeuille actuel, qui compte 23 opérations en cours, totalise 1,3 milliard de dollars d’engagements. Y dominent les infrastructures de transport (56,3 % des financements) et d’énergie (28,8 %). Conduite en avril 2018, la revue du portefeuille a conclu à une performance « satisfaisante » (avec la note de 3 sur une échelle de 1 à 4).

Éric Coulibaly

Source: rédaction Poleafrique.info

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *