Défense- Le Col Loss prend le commandement du 3è bataillon, hommage à Hervé Touré : « Il a évité le pire à Bouaké »

Les prises de commandement dans les FACI se poursuivent sur l’ensemble du territoire national. Le chef d’orchestre, le Colonel-major, Dem Ali Justin.

Sans répit, le chef d’état-major de l’armée de terre, le Colonel-major Dem Ali Justin a fait Korhogo et Bouaké ce jeudi 14 mars pour y procéder aux prises de commandement des chefs de corps du 3è et 4è bataillon d’infanterie de Bouaké et Korhogo. Après Korhogo ce matin assez tôt, autorités administratives et coutumières l’ont accueilli à Bouaké pour y célébrer la « discipline, la cohésion et le respect » dans l’armée.

A l’occasion, le Colonel Hervé Touré, 21è chef de corps sortant de ce bataillon est arrivé avant tous les invités pour voir son service. Là, à peine arrivé, il est accueilli par le lieutenant-Colonel Soro Daouda. A deux, ils font une répétition de la remise du drapeau. Se tournant, il voit un sergent avec une belle paire de souliers non adaptée à la circonstance. Ordre lui est intimé d’aller enlever sa paire de chaussures. On ne badine pas avec la discipline. D’ailleurs, à sa prise de parole, le Colonel Fofana Lossény sera ferme sur ce critère de gestion : « j’y attacherai une attention particulière » insiste-t-il.

Le ton est donné. Bien avant, il est revenu au Colonel-major Dem Ali Justin de planter le décor. « Colonel Fofana Lossény, je vous remets le drapeau du 3è bataillon d’infanterie, vous en assurerez la garde le temps de votre commandement » tonne-t-il. Il est 13h08 (heure locale et GMT) quand le nouveau chef de corps prend la parole pour son premier ordre à la troupe.

« Eléments du 3è bataillon d’infanterie ; à mon commandement ! Le 3è bataillon rassemblé, à vos ordres mon colonel » demande le nouveau chef de corps arrivé du bataillon de sécurisation de l’Ouest où il est demeuré 17 ans.

A Bouaké, peu de personnes connaissent Fofana Lossény, frêle homme mais avec un caractère de cobra. S’il ne va pas changer l’emblème du 3è bataillon de Bouaké, l’aigle royale, il vient y ajouter la majestuosité du reptile qui a sécurisé la frontière de l’Ouest sous le regard paternel du Général Michel Gueu.

Né le 5 avril 1974 à Mankono, Fofana Lossény est le 22è chef de corps du 3è bataillon d’infanterie de Bouaké. Il est détenteur d’un diplôme d’état-major obtenu à l’école des forces armées (EFA). Il a remercié les premiers responsables de l’armée pour « la marque de confiance » et traduit sa « reconnaissance » au Chef de l’Etat et au Chef d’état-major général des Armées, le Général Doumbia Lassina.

Il a rendu hommage à son prédécesseur, le Col Hervé Touré qui, selon lui, « a pu gérer et éviter le pire à Bouaké » dans un contexte de mutineries dans l’armée. Arrivé en novembre 2014 pour éteindre le feu allumé par des éléments, mécontents de leurs salaires impayés sur 4 ans, 2007-2011, il a été confirmé à la tête du bataillon à partir de 2016.

Fofana Lossény a salué « le soutien infaillible et les sages conseils » dont il a toujours bénéficié de la part de ses aînés et de son père Michel Gueu. « Je mesure la portée de la confiance et je sais compter sur votre professionnalisme » pour relever le défi, a indiqué Loss. Pour lui la triptyque sera : « discipline, cohésion et respect ». « Notre institution a souffert du manque de cohésion en son sein » a-t-il reconnu avant d’assurer qu’il sera « au contact permanent de nos hommes pour trouver solution » à tout problème. « Tout peut s’obtenir dans le respect de nos supérieurs hiérarchiques » a-t-il insisté, et de faire comprendre à la troupe la mission qui lui est assignée ; « apporter la sécurité aux populations. »

Cette sympathique fête a bénéficié de la bénédiction du chef de terre d’Attienkro qui dans sa libation a souhaité la réussite à Hervé Touré et à son successeur. « Que quiconque tentera de saboter le travail soit foudroyé par vous les mânes au ciel comme sur terre » a-t-il menacé.

« Le bataillon gardera de cet homme (Col Hervé Touré), l’image de de quelqu’un qui a permis à ce bataillon de retrouver ses lettres de noblesse » a fait savoir le soldat maître de cérémonie. Le Cne Frédéric Yépi, commandant des troupes de combat du 3è bataillon a dirigé le défilé et les honneurs militaires. Hervé Touré a passé en revue la troupe réunie une dernière fois. Comme pour dire au revoir.

Il rejoint l’état-major général des Armées à Abidjan, au bout d’un long et dur parcours parsemé d’embûches et d’une rébellion. Cet homme, bosseur et rigoureux, respecté de tous a bénéficié de la confiance du Général Doumbia Lassina pour la bonne conduite de la nouvelle mission.

Adam’s Régis SOUAGA, envoyé spécial à Bouaké

Source : rédaction Pôleafrique.info

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *