Défense- Le Général Apalo Touré confie la lutte anti-terroriste à un « français »

Il a fait ses classes en France pour se donner le coffre nécessaire à la mission que vient de lui confier le Général Alexandre Apalo Touré. Le Colonel Bassanté Aly, commandant des Unités Spécialisées de la Gendarmerie Nationale, a la lourde charge de mener la lutte anti-terroriste. Portrait d’un autre talent valorisé par le Commandant Supérieur de la Gendarmerie.

Avant sa nomination au poste de commandant des Unités Spécialisées de la Gendarmerie Nationale, le Colonel Bassanté Badara Aly était le Commandant du Groupement d’Intervention et de Sécurité de la Gendarmerie Nationale (GIS-GN).

Expert national et international reconnu pour les questions touchant à la lutte contre le terrorisme, le nouveau commandant de la subdivision des Unités spécialisées de  la Gendarmerie Nationale (US-GN ; avec plus de 2000 personnels) a déjà une carrière riche d’expériences diverses.

Cet officier supérieur de 45 ans est un pur produit du système de formation militaire français. Mais, tout commence au pays, en Côte d’Ivoire pour le jeune Badara qui décroche son Baccalauréat A1 (option Lettres et mathématiques) en 1993 à l’Ecole Militaire Préparatoire Technique (EMPT) de Bingerville. Il s’envole pour la France où il fait les classes préparatoires (Lettres Supérieures) au Lycée Militaire d’Aix-en-Provence en France, de 1993 à 1994. En 1997, il obtient le Diplôme de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr en France avant d’intégrer l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN) de Melun. En 1998, il obtient en France la Licence d’Histoire (Paris I- Sorbonne) et le Diplôme Universitaire de Droit et de Sciences Criminelles (Université de Sceaux). De retour au pays, et suivant ses ambitions secrètes, il s’inscrit à l’Université de Bouaké où il obtient la licence d’Anglais  en 2004.

Carrière professionnelle

Bassanté Badara Aly a eu à commander le peloton à l’Escadron Porté 1/3 de Bouaké, de 1998 à 1999. De décembre 1999 à juillet 2002, il est l’adjoint du commandant de l’Escadron Porté 1/3 de Bouaké, avant d’en assurer le commandement de 2002 à 2004. Il s’y fera distinguer pour des faits d’armes remarquables. Dans cette même période, il commande le sous-groupement tactique de gendarmerie (composante mobile et départementale)  basé à Yamoussoukro où il assurera également l’intérim du commandant de compagnie.

Formation militaire

Au niveau de la formation militaire et technique, le Colonel BASSANTE ALY est nanti d’un lourd bagage acquis au cours de plusieurs formations et stages effectués à travers le monde entier.

En 1996, il obtient le Brevet Militaire de Parachutiste (Ecole des Troupes Aéroportées de Pau en France), avant de décrocher l’année suivante, le Brevet de Moniteur des Techniques Commandos (Centre National d’Entraînement Commando de Montlouis en France) et celui d’aguerrissement commando en milieu tropical au Gabon (Centre Malibé, Gabon). En 2007, il effectue un Stage de négociateur dans les situations de crises policières (RAID) en France. Dans la même année, il est diplômé de l’Institut pour le Contre-terrorisme (ICT d’Herzlia) d’Israël. En 2008, il obtient le Diplôme du Centre International pour les Etudes sur la Sécurité Nationale (ICNSS) du “Galillee College“, en Israël. C’est en 2012 qu’il décroche le Diplôme d’Etat-major à l’Ecole d’Etat-Major de Libreville (EEML), Gabon après avoir obtenu le diplôme du Cours de Formation des Commandants d’Unité à l’EFA de Zambakro en 2010. En 2014, il devient expert de la Défense en management, commandement et stratégie et obtient dans le même temps, le Brevet de l’Enseignement Militaire du Second Degré (BEMS 2), à l’Ecole de Guerre de Paris. En 2015, il prend part à Beijing à une formation sur la direction de la lutte contre le terrorisme pour les pays en voie de développement. En 2016, il participe au séminaire pour les leaders de haut niveau au centre d’études stratégiques pour l’Afrique, basé à l’université nationale de la défense des USA à Washington. Ses activités sur le contre-terrorisme, en qualité de Point focal du Ministère de la Défense pour les questions touchant à la lutte contre le terrorisme, l’ont mené dans plusieurs pays tels que l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Zimbabwé, le Sénégal, le Nigéria, le Cap-Vert, l’Autriche, la Russie, le Kazakhstan,… Il suit actuellement, en France, un MBA 2 en MANAGEMENT STRATEGIQUE ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE à l’Ecole de Guerre Economique de Paris.

C’est à juste titre qu’il a été fait Chevalier de l’Ordre national de Côte d’Ivoire en 2004 et Officier de l’ordre national de Côte d’Ivoire en 2015 tout en ayant reçu plusieurs félicitations pour actes de bravoure.

Conservant actuellement aux ordres la prestigieuse Unité d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (UIGN, qui est en pleine réforme), chargé de la formation des Gendarmes Commando, le Colonel Bassanté s’occupe de la planification au centre opérationnel du Centre de Coordination des décisions opérationnelles (CCDO).

C’est cet Officier supérieur qui entend puiser dans le savoir-faire français qui a bénéficié de la confiance du Général Apalo Touré, un gendarme insatiable en savoir qui célèbre ses officiers adeptes de la même ligne de formation. Une nouvelle ère se lève sur la maréchaussée ivoirienne avec ces jeunes loups aux dents très longues.

Adam’s Régis SOUAGA avec Sercom Gend.

Source : rédaction Pôleafrique.info

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *