Défense – reconstruction de l’outil de défense post-conflit, les ministres de Défense africains bientôt au laboratoire à Grand-Bassam

Du 25 au 29 juin prochains, la Côte d’Ivoire abritera la 3ème édition de la Session Internationale de Réflexion Stratégique (SIRS) qui réunira des ministres de la Défense de plusieurs pays autour du thème « Reconstruction de l’outil de défense post-conflit : cas des pays africains ». Le lancement de cet événement a été fait ce vendredi 22 juin par le ministère d’Etat, ministère de la Défense ivoirien.
 
C’est la ville de Grand-Bassam au sud-est du pays qui recevra cette 3ème édition de la SIRS. Dr Jean-Jacques Konadjé le Chef de cabinet du ministre d’Etat, ministre de la Défense en a situé les enjeux ce vendredi au cours d’une conférence de presse marquant le lancement de l’événement.
 
Le choix de ce thème fait-il savoir, « s’explique par le fait que nombreux sont les pays africains, qui après avoir été le théâtre de conflits ou de crises, parfois sanglantes, empruntent le chemin de la paix, à travers la mise en œuvre de programmes de sortie de crise ». Cependant, le conférencier regrette qu’il « ressort des études scientifiques que les pays en situation de post-conflit s’inscrivent souvent dans une dynamique d’instabilité, caractérisée par une période de ni paix ni guerre. Pis, l’analyse de l’environnement géopolitique africain depuis ces 20 dernières années, montre à bien des égards, que, la plupart de ces pays en situation de sortie de crise sont susceptibles de replonger dans la violence armée, au bout de 5 années, après la fin officielle des hostilités ».
 
Pour le collaborateur du ministre d’Etat Hamed Bakayoko, ce retour rapide à la violence « s’explique par le fait que certains de ces programmes post-conflits, mis en œuvre restent trop superficiels ou ne tiennent pas compte des réalités sociopolitiques des pays concernés ». D’où la nécessité de reconstruction de l’outil de défense qui, à en croire Jean-Jacques Konadjé, conditionne la bonne mise en œuvre de l’ensemble des programmes de sortie de crise. Non sans faire remarquer que c’est une œuvre de longue haleine qui nécessite l’implication de toutes les forces vives de la nation.
 
Jean Jacques Konadjé a indiqué que la tenue de cette 3ème édition de la SIRS sera une occasion pour les experts militaires et civils participants d’échanger autour des problématiques qu’ils ont en commun, d’identifier les obstacles auxquels se heurtent la reconstruction de leurs outils de défense, de faire des recommandations concrètes. Bref, ce sera un moment d’échange d’expérience entre praticiens et théoriciens sur les questions de défense et de sécurité propres à l’Afrique.     
 
Selon les organisateurs, cette édition verra la participation de 60 auditeurs dont 20 nationaux et 40 internationaux, originaires de 20 pays africains et de deux communautés économiques régionales. Il sera animé par 10 conférenciers. Les deux premières éditions se sont respectivement tenues en 2015 et 2016 sur les thèmes « Les relations Armées-Nations, quel modèle pour l’Afrique ? » et « Menaces sécuritaires transnationales, vers une approche prospective africaine ».
 
Richard Yasseu
Source : rédaction Poleafrique.info
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *