Développement et réconciliation nationale – Paul Kagamé livre les dessous du succès du Rwanda, “combattre la corruption en commençant par les gros poissons, mon exemple de Chef d’Etat”

Comment la réconciliation nationale au Rwanda après le génocide qui a conduit à plus de 1 million de morts a-t-elle pu être une réussite? Ce jeudi 20 décembre au deuxième et dernier jour de sa visite officielle qu’il effectue en Côte d’Ivoire, Paul Kagamé le président rwandais a donné les dessous de ce succès. Détermination et surtout inspiration des modèles   traditionnels ont été les maître mots des actions menées dans ce pays a signifié le président rwandais. C’était au cours d’un panel de haut niveau organisé à la maison de l’entreprise à Abidjan Plateau.
 
C’est en gardant les pieds dans la tradition que le Rwanda a pu amener son peuple – bourreaux et victimes- à vivre à nouveau ensemble et se pardonner après la grave crise militaro-politique qu’a connue ce pays. C’est en substance la base du succès de la réconciliation nationale dans cet Etat, a révélé ce jeudi le président Paul Kagamé. Selon le président rwandais, les règlements des cas de crimes dans son pays se sont faits, calqués sur les modèles de règlement traditionnel du Rwanda. « Cela a marché…il y a des solutions qui se trouvent à l’intérieur de nos sociétés traditionnelles », se réjouit-il tout en mentionnant cependant les critiques à eux faites sur la non-conformité avec les normes internationales de justice.
 
Le Rwanda a connu une forte crise politico-militaire en 1994. Une guerre interethnique qui a principalement mis en confrontation les communautés Hutu et Tutsi en cette année avait occasionné plus d’un million de mort et des millions de déplacés. L’arrivée au pouvoir du président Paul Kagamé et les réformes qu’il y a faites, ont permis à ce pays de retrouver la stabilité. Et le développement cité aujourd’hui en exemple.
 
Du développement économique et social du Rwanda, il en a été aussi question lors de cet échange avec le patronat ivoirien. « Il n’y a pas de secret » au succès actuel du Rwanda, a assuré Paul Kagamé. L’essor que connait son pays, fait-il savoir s’appuie sur des principes précis et appliqués par toute la population. Ce sont « de bien comprendre les problèmes de développement auxquels est confronté le pays, définir les solutions à ces problèmes, être responsable de ces questions, créer et mettre en place des structures et institutions pour y faire face ». Mais surtout « refuser la corruption » d’une part en se mettant d’accord sur cette lutte, et d’autre part en prenant et appliquant des lois pour la bonne gouvernance. « Combattre la corruption ne doit pas se faire de manière sélective… il faut aller aussi vers de gros poissons », exhorte-il, non sans indiquer qu’il est le premier à donner l’exemple dans son pays en faisant connaitre tous ses biens publiquement, y compris ses épargnes.
 
Paul Kagamé a également indiqué que ce succès passe aussi par la création d’un environnement propice des affaires. « Aujourd’hui il faut six heures pour créer une entreprise contre 90 jours avant » au Rwanda, révèle-t-il. Il a en outre signifié que son pays est aussi ouvert sur l’extérieur où il anime une bonne coopération avec les autres nations surtout africaines.     
 
C’est un modèle de développement qui inspire a reconnu le Vice-président de Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan pour qui, les relations entre son pays et le Rwanda seront un succès. L’avis est aussi partagé par Jean-Marie Ackah le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI). Le chef du patronat ivoirien a d’ailleurs émis le vœu que cette visite du président rwandais soit le début d’une collaboration avec le secteur privé du Rwanda qu’il entend inviter à la prochaine édition de la CGECI academy Awards.         
 
Peu avant cette rencontre, Paul Kagamé a été fait citoyen d’honneur de la ville d’Abidjan par le gouverneur du district d’Abidjan Beugré Mambé.
 
Richard Yasseu
Source : rédaction Poleafrique.info   
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *