Electricité- La CIE rassure avec le barrage de Soubré, trois jours pour des échanges éclairés et productifs

Une rencontre internationale des compagnies d’électricité a lieu à Bingerville, en Côte d’Ivoire, à l’occasion de la 5 ème édition des journées techniques de la CIE qui se tient les 5,6 et 7 juillet 2017. L’enjeu est de promouvoir un débat de fond sur la fourniture d’une électricité de bonne qualité.

C’est sous le thème “Qualité du matériel, choix des bonnes méthodes, des bons partenaires, formation adaptée : clés de la santé de tout système’’, que s’est ouverte la 5 ème édition des journées techniques de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE). En tant qu’entreprise de référence au plan national, cette société de fourniture d’électricité en Côte d’Ivoire a voulu s’inscrire résolument, dans une dynamique d’innovation permanente. Les journées techniques sont donc une plateforme d’échanges sur les questions d’électricité, et l’occasion pour les professionnels de proposer des solutions adéquates et durables en vue d’améliorer la qualité de service des entreprises productrices d’énergie.

“Chaque année nous organisons ces journées pour échanger avec les experts et aussi deviser entre nous, travailleurs du secteur de l’électricité. Vous avez remarqué la présence de plusieurs compagnies d’électricité exerçant sur le continent à cette rencontre. Nous apprenons auprès des autres et essayons de copier le bon exemple, tout ceci dans le but améliorer la qualité de nos réseaux électriques. Vous savez que nous sommes en Afrique et donc en retard sur l’Europe et l’Amérique en termes de qualité de services” explique au micro de PoleAfrique, Siaka Bakayoko, Directeur Général Adjoint de la CIE, en charge de la production, des transports et des mouvements d’énergie.

“A quelques jours des jeux de la francophonie qui se dérouleront en terre ivoirienne, on pourrait assimiler notre rassemblement à la francophonie de l’ENERGIE” a indiqué M. Bakayoko dans son allocution de bienvenue aux délégations arrivées à Abidjan. 

Plus de 200 experts venus de quatre continents, l’Afrique, l’Europe, l’Amérique et l’Asie, se retrouvent donc lors de ces assises pour partager leurs expériences dans le secteur électrique. En des termes techniques mais compréhensibles, les intervenants lors de cette première journée, se sont succédé à la tribune d’échanges. Ils ont, à partir d’images et vidéos de démonstration, expliqué les différents procédés mis en place par leurs entreprises, en vue d’améliorer la qualité de l’électricité. Des stands ont aussi été dressés pour permettre aux entreprises  de présenter leurs produits.
“Ces journées permettent de se familiariser avec les nouvelles technologies et ainsi améliorer les conditions de production de l’électricité. Les choses ont bien commencé et nous espérons, en sortant d’ici, réussir à appliquer les différentes techniques présentées en fonction de nos réalités’’ espère, Ahmed Musadu, employé à la société nigérienne d’électricité (NIGELEC).

Les récentes statistiques réalisées en Afrique, révèlent que la population rurale représente 60% de la population globale. Cependant, le raccordement électrique ne progresse que très lentement par manque d’infrastructures de qualité. Plus de 600 millions d’africains n’ont pas accès à l’électricité.

En Côte d’Ivoire, si 78% des localités sont raccordées au réseau électrique, seuls 29% ont accès à la lumière domestique. 

Yao Kouakou Lataille, Directeur des Méthodes et président du comité d’éthique de la CIE, assure que “ La Côte d’Ivoire est un jeune pays et des efforts considérables ont été faits pour répondre aux besoins énergétiques des populations. Certains pays ont un taux de pénétration de moins 20% alors que toutes les villes et sous préfectures en Côte d’Ivoire sont électrifiées. Il ne reste plus que les campements et d’autres zones difficiles d’accès. Nous y allons progressivement et avec ce nouveau barrage, la fourniture en électricité va augmenter.”

Le nouveau barrage de Soubré construit pour apporter 275 mégawatts supplémentaires aux capacités électriques ivoiriennes, sera d’un atout majeur pour régler le problème de l’accès des populations à l’électricité.

Cette assurance a fait dire au représentant du Directeur Général, Dominique KAKOU, Kaczmarek André Marie, que “c’est à partir de ces échanges que des actions seront initiées dans nos différents pays pour satisfaire davantage les aspirations de nos populations”. Comme pour dire que la CIE est en contact avec sa clientèle qui n’attend qu’un service de qualité.

Eric COULIBALY

Source: Poleafrique.info

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *