État civil ivoirien- La modernisation par procédé électronique en vue, nouvelle solution pour les personnes « re-nées »

En conférence de presse de fin de conseil des ministres tenu à Yamoussoukro ce mercredi 11 avril, le ministre Bruno Koné porte-parole du gouvernement a annoncé la volonté des autorités ivoiriennes de moderniser l’État civil.

Désormais l’établissement des actes de l’état civil se fera avec des innovations. Il s’agira d’améliorer le fonctionnement des services de l’état civil de façon à rapprocher ces services de la population pour accroître l’enregistrement de l’état civil, a indiqué ce mercredi Bruno Koné. Selon lui, l’opération consistera à mettre dans les centres de santé, dans les villages, des agents de collecte qui seront chargés de relever les informations aux faits d’état civil dont les naissances, les mariages et les mettre à la disposition des officiers et agents d’état civil.

Bruno Koné précise outre que cette action enregistrera une autre innovation majeure:  » l’utilisation de procédé électronique pour l’enregistrement à l’état civil et la délivrance des actes« . Ce procédé à terme, dit-il, favorisera « la dématérialisation complète des actes et des registres de l’état civil ce qui simplifiera la  délivrance des actes de l’état civil ».

La dématérialisation des actes d’état-civil conduira à une conservation numérique de l’enregistrement du fait d’état-civil et conférera, a précisé le porte-parole du gouvernement « la reconnaissance officielle de cette personne« , sa « filiation » et sa « fiabilisation ». « L’acte d’état-civil est un acte majeur fondateur des autres actes et cette mesure vise à faire en sorte qu’il soit incontestable, qui évite toute sorte d’interprétation et serve d’outil de planification et de développement » a-t-il soutenu. Cette opération de modernisation de l’état civil débutera si le projet de loi sur la question est adopté par les parlementaires précise le porte-parole du gouvernement.

Rétablissement d’identité

Durant 1 an, une procédure spéciale de rétablissement d’identité aura cours sur le territoire ivoirien. En clair, les personnes qui ont falsifié leur identité par une diminution d’âge, changement de prénoms ou de patronyme en vue de poursuivre les études ou des activités professionnelles pourront retrouver leurs vraies identités sans préjudice.

« En raison du nombre élevé de faux, une amnistie pour le rétablissement d’identité sans remise en cause » des acquis générés par la nouvelle identité sera prise.

Le « re-né » conservera ses diplômes ou ses avantages professionnels sans crainte. Cette opération spéciale vise aussi à réduire le nombre de personnes non déclarées à l’état-civil et reconstituer les registres détruits durant la crise aura lieu, a aussi ajouté décidé le gouvernement. Gratuite, cette opération conduira l’administration vers ces individus. « Toutes les précautions sont prises contre les fraudeurs, des sanctions sévères sont prévues contre les personnes qui feront de faux témoignages » a averti Bruno Koné.

Richard Yasseu et Adam’s Régis SOUAGA, envoyés spéciaux à Yamoussoukro

Source: rédaction Poleafrique.info

 
Vos commentaires via Facebook