Forum ivoiro-burkinabè- 527 000 tonnes de marchandises vers le Burkina en 2017, Dr Parfait Kouassi (CCI-CI): « Il faut renforcer d’avantage la coopération »

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI), a organisé le premier forum d’affaires ivoiro-burkinabè à Yamoussoukro, ce jeudi 26 juillet. Dr Parfait Kouassi, vice-président de la chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire et le ministre ivoirien du Commerce, Souleymane Diarrassouba, ont insisté sur l’importance pour les deux pays d’intensifier leurs échanges commerciaux, pour une croissance économique inclusive.

En plus de partager leurs frontières, la Côte d’Ivoire et le Burkina, ont le taux d’échanges commerciaux, le plus élevé de la sous-région. L’objectif des chambres de commerce et d’industrie des deux pays, garder cette dynamique en explorant de nouvelles voies de partenariat. Pour les chefs d’entreprises présents à cette rencontre, le forum est une opportunité à saisir pour la bonne santé des affaires dans la sous-région. Le Dr Parfait Kouassi, vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire, est revenu sur les liens économiques qui unissent les deux pays.

« Les nombreuses discussions qu’il y a eu lors de cette rencontre, favorisent les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. L’appartenance de ces deux pays, aux deux grandes communautés sous régionales que sont la CEDEAO et l’UEMOA, et aussi le fait de partager la même langue, a permis aux secteurs privés des deux pays, d’appartenir à divers organismes de coopération. J’aimerais citer, la conférence permanente des chambres consulaires africaines, la Fédération des chambres de commerce africaines et le traité de transit routier qui permet de protéger les importations du Burkina, qui partent du port d’Abidjan, bénéficiant d’une exonération de taxes sur le transport jusqu’au Burkina » a-t-il relevé.

Les échanges commerciaux entre les deux pays sont aussi soutenus par d’importants accords. Ces dispositions renforcent la coopération entre Etats et permettent la croissance économique au niveau de la sous-région. Le docteur Parfait Kouassi  n’a donc pas manqué de souligner ce fait.

 « Les deux chambres ont signé un protocole d’accord qui permet d’encadrer les activités d’appui au développement dans leurs pays respectifs. Ces accords concernent la formation, l’organisation de foires, et divers forums économiques et l’appui institutionnel lors des missions dans les autres pays. En 2017 on compte 13737 camions qui ont transporté plus  527000 tonnes de marchandises de la Côte d’Ivoire vers le Burkina » a indiqué le responsable de la Chambre de Commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire avant d’ajouter que « les croissances sont pratiquement les mêmes, 8% pour la Côte d’Ivoire et 6% pour le Burkina en moyenne. Autant de points communs qui expliquent l’importance pour les deux pays de renforcer d’avantage leur coopération pour une croissance économique inclusive. Un autre forum, Africallia est prévu en 2019 » a-t-il conclu.

Cette initiative est soutenue par les ministères du Commerce de la Côte d’Ivoire et du Burkina. Le secteur privé selon les autorités politiques des deux pays, a besoin d’être accompagné afin d’amorcer de manière pérenne la croissance économique. Pour le ministre ivoirien du Commerce, Souleymane Diarrassouba, les résultats obtenus jusque-là, méritent d’être encouragés.

« Plus globalement, les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso sont passées de 255,567 milliards F.CFA en 2013 à 319,741 milliards F.CFA en 2017, soit une hausse sur la période de plus de 25%. Cette évolution reste à renforcer au regard de la diversité des opportunités qu’offrent nos économies en pleine restructuration, des politiques régionales de développement intégré en cours d’implémentation et des perspectives que laisse augurer le regain de dynamisme du secteur privé » est-il intervenu.

La Côte d’Ivoire accueille après ce premier forum ivoiro-burkinabé, Africallia, un autre rendez-vous des chefs d’entreprises du continent, la première délocalisation de cet événement hors du Burkina Faso. L’équipe de Faman Touré entend une fois de plus jouer son rôle, celui d’accompagner les investisseurs dans le pays.

Éric Coulibaly

Source: rédaction Poleafrique.info

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *