France-Afrique, Nicolas Sarkozy placé en garde à vue, de nouvelles preuves à disposition de la justice

L’ancien Président français Nicolas Sarkozy est, selon le journal « le Monde » aux mains de la police judiciaire depuis ce matin. Il répond aux accusations qui pèsent contre lui sur sa campagne présidentielle de 2007 qui aurait été financée par la Libye.

Certains observateurs avaient fait le lien avec la guerre en Libye, menée par la France et ses alliés. Cependant aucune preuve ne pouvait démontrer une accointance entre l’ex-président français Nicolas Sarkozy, et le dictateur libyen Mouammar Kadhafi, tué le 20 octobre 2011. Ce dernier avait au point fort de la crise qui secouait son pays, affirmé avoir financé la campagne 2007 de l’ex-président français.

« Le Monde » dans sa parution du 28 Août 2016, écrivait que la justice détiendrait un carnet de notes d’un ex-ministre du dictateur libyen, Choukhri Ghanem. Ce livret mentionnerait les millions d’euros partis de la Libye vers la France, pour le compte de Nicolas Sarkozy. Une affaire qui refait donc surface au moment où la Libye est toujours en proie au désordre, et l’ex-président français moins en vue dans la sphère politique de son pays.

Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir touché 5 millions d’euros du régime libyen suivant les propos d’ex-proches du dirigeant libyen, Ziad Takkiedine et Abdallah Senoussi, l’ancien Directeur du renseignement militaire de Mouamar Khadafi.

Alors qu’une information judiciaire avait été ouverte depuis 2013, c’est la première fois que l’ex-président français est interrogé sur le sujet.

Sa garde à vue de 48h pourrait déboucher sur sa présentation à un juge qui pourrait décider de sa mise en examen.

Même s’il a toujours opté pour la défense par la négation absolue d’un financement illicite de sa campagne en 2007 par des fonds libyens, Nicolas Sarkozy se retrouve bien mal assis derrière les barreaux de la police judiciaire de Nanterre surtout depuis la saisie par les enquêteurs de documents compromettants au domicile suisse d’Alexandre Djouhri, proche de Bechir Saleh, l’ancien grand argentier de Mouamar Khadafi, blessé par balle à Johannesburg au cours d’une agression.

Bechir Saleh est en détention à Londres en attendant sa remise à la justice française. Dans cette affaire, l’ex-ministre de Les Républicains, forte tête protectrice de Sarkozy, Claude Guéant avait été mis en examen pour « faux et usage de faux » et « blanchiment de fraude fiscale ».

Les heures à venir seront déterminantes pour Nicolas Sarkozy.

Eric COULIBALY et Adam’s Régis SOUAGA

Source : rédaction PôleAfrique.info

 

Vos commentaires via Facebook