France- Les nouveaux ministres connus, Jean Luc Mélenchon perquisitionné

L’actualité en France est marquée ce mardi 16 octobre par deux événements politiques. D’une part le remaniement ministériel, d’autre part les perquisitions au siège du parti d’opposition La France Insoumise (LFI) ainsi que chez son leader, Jean-Luc Mélenchon. 

Aucun gouvernement de la Cinquième République n’avait attendu aussi longtemps. Fin du suspens, le remaniement ministériel a donc eu lieu ce matin, deux semaines après la défection de Gérard Collomb du ministère de l’Intérieur. Au total, quatre départs et sept nouveaux ministres issus de sensibilités politiques différentes et de la société civile font leur entrée dans le gouvernement Édouard Philippe II. On observe aussi plusieurs changements de portefeuilles. 

Pour les postes de ministres, Christophe Castaner, fidèle de la première heure du Président, hérite de l’Intérieur. Il sera remplacé par Marc Fesneau (MoDem) aux Relations avec le Parlement. 
Le Constructif Franck Riester remplace Françoise Nyssen à la Culture. Didier Guillaume, ancien patron des sénateurs socialistes, prend le poste de Stéphane Travert à l’Agriculture. 

À noter qu’un record a été battu. Le désormais ex-député La République en Marche Gabriel Attal, nommé ce matin Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, devient à 29 ans, le plus jeune membre d’un gouvernement sous la Vè République. 

En marge de ce remaniement ministériel tant attendu par les français, a eu lieu plus tôt une perquisition au siège du parti La France Insoumise. De même que l’appartement de Jean-Luc Mélenchon, son leader. Ce dernier a filmé la scène en direct sur son compte Facebook et a dénoncé « un acte politique visant à faire peur ». Les perquisitions ont été menées pour deux raisons. 

La première, l’affaire des assistants parlementaires européens. Les enquêteurs veulent savoir si des fonds européens destinés à l’emploi d’assistants d’eurodéputés ont été utilisés pour rémunérer des collaborateurs du parti politique. 

La seconde affaire est relative aux comptes de campagne de la présidentielle de 2017. Ouverte en mai 2018 après un signalement de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) elle vise les comptes campagne soupçonnés d’irrégularité.

Éric Coulibaly et Victor Merat

Poleafrique.info

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *