Gouvernement Gon 2,   le surnombre, le maintien des frondeurs du  PDCI et l’ajout  de l’UDPCI et d’un ex-rebelle font réagir  les  activistes du net

Les réactions se poursuivent en Côte d’Ivoire au deuxième jour de l’annonce de la nouvelle équipe gouvernementale. Pôleafrique.info vous propose trois  intéressantes  analyses  d’internautes.  

Donatien Robé, responsable de la plateforme citoyenne La Côte d’Ivoire sociale constate que « Ce gouvernement est incontestablement politique, avec l’élection présidentielle de 2020 en ligne de mire. Il n’est donc pas un gouvernement de réformes de structure. D’ailleurs, ce n’est pas à deux ans de la fin qu’on engage des réformes structurelles. Avec ce gouvernement, on voit bien que la menace du PRADO contre le PDCI a pris une autre forme. Incapable stratégiquement de « chasser » les cadres du vieux parti comme promis, il a choisi de les garder et même les renforcer avec de nouvelles recrues. Mission relevant du secret de polichinelle: diviser le PDCI.

Le PRADO a aussi choisi de perturber le camp Soro avec l’entrée de Konaté Sidiki au gouvernement ».

Il note également dans sa publication sur la page La Côte d’Ivoire sociale que Alassane Ouattara a réussi à « apprivoiser »  Mabri Toikeuse, le président de l’UDPCI qui  « devra désormais faire l’impasse sur son ambition de se présenter à la présidentielle de 2020 et ne pas gêner la « machine » ».

Donatien Robé, responsable de la plateforme citoyenne La Côte d’Ivoire sociale attire également l’attention sur les risques de se marcher dessus au sein du gouvernement taxé « pléthorique ».

« comme généralement, un gouvernement politique rime avec un gouvernement pléthorique, le PRADO a naturellement scindé certains ministères en deux. Ainsi par exemple, nous avons un ministère des eaux et forêts et un ministère de l’environnement; un ministère de la fonction publique et un autre de la modernisation de l’administration; un ministère de la construction, un de l’assainissement et un autre de la ville; un ministère de l’emploi et un autre de l’emploi-jeunes. Les différents ministres se marcheront sans doute dessus. », fait-il remarquer.

Donatien Robé qui revendique son idéologie de gauche, critique le « libéral bon teint »  Alassane Ouattara à travers la composition de certains ministères.

Il n’est pas d’accord que  la protection sociale est dissociée de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté. «  dans ce gouvernement peut-on avoir un ministère de l’emploi et de la protection sociale et un autre ministère de la cohésion sociale, de la solidarité et de la lutte contre la pauvreté. Pour le PRADO, libéral bon teint, la protection sociale doit être contributive, voire assurantielle avec le travail, donc l’emploi comme unique financier. »

 Pour l’homme de gauche, un seul ministère aurait suffit. « En effet pour l’Homme de gauche, la protection sociale est universelle et doit être financée à la fois par le travail et la solidarité nationale avec un seul objectif: la réduction de la pauvreté, donc la cohésion sociale. Eh oui, on voit bien que les idéologies fondamentales ne sont pas mortes », analyse Donatien Robé de La Côte d’Ivoire sociale.

Le cyber actif Serif Tall a également produit une réflexion sur le nouveau gouvernement. Il attire l’attention sur   la nomination de Sidiki Konaté, ex rebelle, donc supposé proche de Soro Guillaume. Une nomination qui suscite également des réactions diverses. Certain  partisans de Soro Guillaume y voient  « une trahison », d’autres « une stratégie » et  d’autres encore  un signe « d’apaisement » entre Soro et le RDR.

« Si cette nomination est vue comme une trahison de la part du bras droit du PAN, nous allons alors nous poser la question de  savoir si la nomination du PAN lui-même comme étant le vice-président du RDR n’est-elle pas en elle-même une trahison envers ses partisans ? Allons plus loin.  L’emprisonnement de Soul to soul a été la mèche de trop qui a dégradé les relations entre le RDR et les Soroistes. De ce pas sont venues des méfiances entre ces deux parties qui s’en sont  suivi d’une campagne de limogeage des pros Soro qui avaient des postes hauts placés. Malgré cette tension, une nomination a été acceptée par le PAN comme étant l’un des vice-présidents du RDR donc comptable des passifs et des actifs du RDR », fait observer. Serif Tall

Les remerciements de Sidiki Konaté à Hamed Bakayoko, supposé rival de Soro également, ne laissent pas le cyber actif indifférent.

« Dans le communiqué de Sidiki Konaté, il dit qu’il remercie Hamed Bakayoko pour son orientation et son soutien permanent. Une ORIENTATION ne vient-elle pas de son leader? De son mentor? Hamed Bakayoko le nouveau mentor? Etait-il une taupe dans le Système Soroiste au compte de Hamed Bakayoko ? Trahison ? À vous de juger », suscite-t-il le débat.  

Pour le cyber actif, « Si cette nomination est vue comme une stratégie, il faut bien comprendre que le ministère de l’artisanat n’est pas un poste stratégique pour faire bouger les choses.  C’est plutôt le RDR qui réussit sa stratégie à montrer que beaucoup sont là que pour des postes  »alimentaires ». Sinon comment accepter un tel poste alors que l’un des vôtres est écroué à la maca sans être jugé par celui même qui te nomme? C’est drôle non? (…) Pour la conclusion, j’aurais voulu que Sidiki Konaté refuse ce poste par solidarité pour Soul To Soul , pour la mort du jeune Soro Kagnon à Korogho et tous les limogeages qui se sont opérés. Mais comment refuser un poste pareil alors que son Mentor n’a jamais refusé un poste venant du RDR? »

A côté de Serif Tall, pôleafrique.info vous rapporte également le regard de Kyria Doukouré, la nouvelle coqueluche du web ivoirien  sur le nouveau gouvernement.  Pour elle, « tout a bougé mais rien n’a avancé ».

« Face au refus du PDCI RDA de proposer une liste, M. Ouattara s’est vu contraint de reconduire tous les ministres issus de ce parti auxquels il a ajouté quelques agents de la CIE. Du point de vu numérique, le PDCI RDA accroît sa présence dans le gouvernement tout en ayant dit non au parti unifié. Croire que tous les ministres sont partisans du parti unifié est une erreur que même un débutant politique ne saurait commettre »,  croit-elle.

Elle se prononce également sur le nombre des ministres et est convaincue que le RDR sera perdant.

« Je note cependant que c’est un gouvernement pléthorique où des ministères ont été divisé en 2 voire 3 ou 4 pour contenter tout le monde. Le RDR pour une fois n’a pas osé la rupture. Signe que le rapport de force a évolué. On peut aussi signaler une forte entrée des cadres du Sud afin de préparer 2020. Comment ne pas évoquer les aller- retour incessants de M. Sidiki Konate entre Soro Guillaume et Hamed Bakayoko. Qu’est ce que cela change dans la configuration de 2020? Rien et absolument rien: le PDCI RDA aura un candidat, le RDR aussi accompagné par les unifiés, les partisans de M. Gbagbo auront le leur mais aussi Guillaume Soro. Ce schéma nous dirige vers une présidentielle à deux tours. Le RDR est perdant ».

Une sélection de Nesmon De Laure

Source: Pôleafrique.info

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *