Grève à l’Université – Le président de l’Université de Cocody: “frappez” les enseignants grévistes”, la CNEC: ” c’est une incapacité à diriger “

La vidéo fait le buzz sur les réseaux sociaux. On y voit le professeur Abou Karamoko, président de l’Université d’Abidjan Cocody, appeler les étudiants à « frapper » les enseignants perturbateurs de la CNEC, en grève depuis le 1er octobre dernier. La réaction des syndicalistes.
 
Dans un précédent article, Poleafrique.info a dépeint la situation qui prévaut dans les Universités de Côte d’Ivoire. Les enseignants-chercheurs de Korhogo dans le nord du pays, Cocody et l’ENS à Abidjan, observent un mot d’ordre de grève, lancé depuis le 1er octobre, par leur syndicat, la CNEC (Coordination Nationale des Enseignants Chercheurs). Plusieurs points de revendications ont été soulevés et les discussions avec la tutelle semblent avoir échoué. Pour preuve, dans une vidéo circulant sur la toile, on reconnait le président de l’Université de Cocody le professeur Abou Karamoko, qui invite les étudiants à « frapper » les syndicalistes.
 
« Cette histoire a trop duré, il faut que cela s’arrête. Les cours doivent reprendre. Alors lorsque vous êtes au cours et que vous voyez un enseignant de la CNEC qui vient perturber, frappez-le » a invité le premier responsable de l’Université, devant plusieurs étudiants.
 
Selon les informations, la vidéo en question a été enregistrée le jeudi 4 octobre dernier, lors de la rencontre entre les délégués des amphithéâtres et le président de l’Université. Les étudiants ont sollicité cette réunion pour demander à la présidence de trouver une solution idoine à la crise qui perturbe ce début d’année universitaire. Mais ces derniers ont plutôt reçu un mot d’ordre, signe de l’escalade de la tension entre les enseignants-chercheurs et leur tutelle. 
 
Joint par Poleafrique.info, Johnson Kouassi, secrétaire générale de la CNEC, n’a pas tardé réagir.
 
« Je suis indigné par ces propos surtout venant du responsable d’une institution aussi importante. De telles réactions ne font pas honneur à la profession encore moins à l’Etat de Côte d’Ivoire. Nous nous attendions à ce qu’en tant que président de l’Université, qu’il cherche à trouver des voies pacifiques de résolution de la crise, et non appeler les étudiants à une réaction violente. Je pense qu’Abou Karamoko, devrait reconnaître son incapacité à diriger l’Université de Cocody, et rendre sa démission. Ce qu’il ne sait pas, les étudiants étaient chez moi, avant d’aller le rencontrer et ce sont ces derniers qui ont enregistré la vidéo. Alors on attend de voir ceux qui vont nous frapper. Et les cours ne reprendront pas » assure le syndicaliste.
 
La situation reste donc tendue dans les Universités concernée par la grève.
 
Éric Coulibaly
Poleafrique.info
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *