Paix et développement, les universitaires prônent la diversité comme une solution

« Diversité et développement : spécificité, fragments, totalité, unité », c’est le thème du colloque international organisé par l’UFR Langue, Littérature et Civilisation de l’Université Félix Houphouët Boigny et La Chaire UNESCO pour la Culture de la Paix, ce mercredi 28 novembre. Plusieurs pays à travers le monde, y participent.

Venus du Brésil, de la France, de l’Italie, du Ghana, du Burkina Faso, du Benin, du Togo et de la Côte d’Ivoire plusieurs chercheurs se pencheront pendant 3 jours sur la question de la diversité. Au total, ce sont 79 personnes qui, au cours de plusieurs ateliers trouveront des solutions pour faire de la diversité dans le monde, notamment en Afrique, une réalité. 

Ce colloque a été organisé parce que « tout est diversité, l’homme est diversité » selon Lezou Koffi Aimée Danielle, présidente d’organisation.  « Nous nous sommes rendus compte que les conflits dans le monde étaient des conflits de diversité, culturelle, religieuse et de dissension politique » a-t-elle indiqué. Les problématiques de la diversité, qui sont des questions du genre et d’ethnie seront traitées pendant cette rencontre par des chercheurs venus d’Afrique et dans le monde.

Avant la cérémonie d’ouverture qui aura lieu ce jeudi 29 novembre, en présence de plusieurs personnalités, les travaux des ateliers ont débuté ce mercredi à l’université Félix Houphouët Boigny.

La question de la diversité sera donc au centre de trois jours de travaux et réflexions pour que l’Afrique et le monde retrouvent le chemin de la paix et du développement, a été développée dans une conférence plénière, animée par Dr Michèle Valz Laaroussi de l’université de Shubrooke au Québec.

Selon la conférencière, « la diversité est la seule chose que nous avons tous en commun, elle est une question d’identité, de pouvoir et de catégorisations sociales ». Dans son exposé, elle a indiqué que « la répartition inégale des ressources rares telles que le pouvoir ou la richesse entre les groupes entraîne un fort ethnocentrisme et une rivalité entre les populations »

A cette même occasion, un livre intitulé « Diversité et développement en question. Des réalités complexes » a été présenté. Cet ouvrage de 219 pages a été rédigé par 15 auteurs. 

DIANE Drissa, stagiaire

Poleafrique.info

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *