Libre expression / Programme social « gouvernemental » ter !

La rubrique   « LIBRE EXPRESSION   » est une fenêtre ouverte par Poleafrique.info pour publier des textes émanant de personnes qui n’appartiennent pas à cet organe de presse. La direction de Poleafrique.info a choisi de publier ces articles car ils constituent des réflexions de très bonne tenue, contribuent au débat public et respectent la charte éditoriale de notre média. Ils n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas la pensée de la rédaction de Poleafrique.info ou de ses responsables.


Monsieur le Président de la République de Côte d’Ivoire, depuis ma dernière contribution dans la presse nationale et les réseaux sociaux (janvier 2019), ma plume, comme intimidée par les prurits sociaux qui poussent un peu partout sur le corps social à l’échelle nationale, s’était « aphonisée ». Mais, depuis votre vision / programme qui sourd de ce bout de phrase : « la satisfaction de nos compatriotes doit être le point de convergence de nos initiatives », ma plume, qui semble siphonner l’ancre qui coule de cette pensée, vient subitement de se redresser. Relativement au nouveau programme social qui est déjà à l’œuvre grâce à la diligence désintéressée de certains serviteurs de votre gouvernement, je ne doute pas que celui-ci va être conduit conformément à vos consignes et les objectifs visés. Toutefois, l’accomplissement de certaines actions qui sont engoncées dans le périmètre obscur de l’hors d’œuvre, méritent d’être mises sur le grill.

Ce sont avec votre permission Monsieur le Président :

1-La colonisation systématique des trottoirs publics par une génération sans foi ni loi de commerçants du dimanche ;

2-Le grand désordre que nous imposent sans recours aucun, les tous puissants acteurs des véhicules de transport que sont les : « gbaka et les wôrô wôrô » dans la toujours capitale économique de notre pays ;

3-La horde implacable des vendeurs ambulants qui augmentent les risques d’accidents en réduisant considérablement la chaussée, continuent de « calvériser » la minuscule vie des automobilistes ;

4-Le vaste projet des dealers de tous poils à œuvrer inlassablement à « l’addictionnement » méthodique de nos enfants à la consommation des drogues dans les sanctuaires intimes du primaire et du secondaire ;

5-Etancher sa soif avec un sachet d’eau que l’on vend à 50 francs CFA, me parait largement onéreux et excessif. Et dire que le soleil et les vicissitudes de la vie nous poussent à consommer 3, 4 voire 5 sachet par jour ;

6-Que les gérants des vespasiennes artisanales, exigent 50 francs CFA pour une prestation de pipi, me parait totalement injuste et injustifiable ;

7-Je ne comprends pas pourquoi les opérateurs des grandes surfaces s’exonèrent depuis longtemps déjà, de l’obligation de conditionner spontanément les achats de leurs clients. Ils leur opposent l’achat de sachets que leurs caissières se chargent de proposer à ceux-ci ? Contrairement à eux, les boulangers et les pharmaciens respectent les consignes de la biodégradabilité ! Au surplus, ces opérateurs indisciplinés, exigent des clients la monnaie exacte à la caisse. Quelle oppression suffocante !

8-Le téléphone au volant et bien d’autres interdictions telles que celle de fumer dans certains endroits publics, continuent de rire au nez de ceux qui ont pris ces décrets ;

9-Monsieur le Président, faites chuter maintenant l’empire de la corruption, de la terreur sociale et donnons à la santé pour tous, une chance de fréquenter sans migraines, nos ménages ;

10-Merci Monsieur le Président de vous dévouer pour les employés et fonctionnaires de l’Etat de Côte d’Ivoire. Mais est-ce que vous savez que les salaires de ces pauvres agents, appartiennent en réalité aux banques dans lesquelles ces émoluments sont domiciliés ?

 Merci encore Monsieur le Président, pour votre intelligence et votre énergie au service du bien-être des ivoiriens !  

KONE Kobali

Libre auteur, créateur

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *