Municipales à Cocody- les réactions post-scrutin se multiplient, la CEI pointée du doigt

Au lendemain des résultats des élections locales, Doumbia Tiémoko, candidat indépendant qui se présentait dans la commune de Cocody fait le bilan de cette campagne. Il dénonce surtout des irrégularités avant et pendant le déroulement du scrutin, imputables à la Commission Électorale Indépendante (CEI). 

Fairplay. C’est d’abord l’attitude qu’adopte le candidat malheureux à la mairie de Cocody. « Je voudrais adresser mes vives et chaleureuses félicitations au vainqueur, Monsieur Jean Marc Yacé », le candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). « Je lui souhaite bon vent ».  Puis, il remercie la population de Cocody, solennellement.

« Merci à ceux qui nous ont fait confiance, qui ont voté pour nous, qui nous ont soutenus, encouragé et prié pour nous ». 

Passé cette étape, et après avoir rappelé le contexte particulier de ces élections, le titulaire d’un doctorat de 3ème cycle en socio-économie, énumère les nombreuses irrégularités constatées pendant et avant le jour de vote.

« Des anomalies ont été constatées dans plusieurs bureaux de vote. Nous avons observé des dysfonctionnements tels que : l’absence d’isoloirs, l’encre qui n’était pas indélébile, des urnes non couvertes, la communication tardive sur l’absence de stickers sur les bulletins de vote. Ces éléments ont failli entacher la régularité et la crédibilité de ce scrutin ». 

Puis d’ajouter, « Les adversaires ont saccagés nos affiches. Un fichier contenant les contacts de nos électeurs a été volé à la demande d’un concurrent pendant la campagne » relève-t-il.

Selon le professeur Tiemoko Doumbia qui dénonce « le processus d’achat des consciences » à savoir corrompre en donnant de l’argent contre un vote, la CEI, organe chargé des élections dans le pays, est la seule responsable.

« Nous le disons depuis. Cette CEI est forclose. Elle ne fait pas l’unanimité mais on a tenu à ce qu’elle organise ces élections. Ce qui est dommage. Avec toutes les protestations que vous observez un peu partout, vous comprenez que cet organe n’a aucune crédibilité aux yeux des ivoiriens. Aujourd’hui, cette Commission est l’instrument du système en place ». Il faut très vite la reformer » indique le candidat malheureux aux municipales de Cocody avant d’être plus fataliste « le danger n’est pas si loin et si nous ne nous ressaisissons pas, 2020 sera chaud » a-t-il averti. 

Plusieurs résultats proclamés par la CEI sont objets de protestation. Le scrutin sera même repris dans certaines localités. Une situation qui pourrait occasionner d’autres troubles.

Éric Coulibaly et Victor Merat

Poleafrique.info

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *