PDCI-RDA, Les hommes de Bédié en mode révolution, « On ira réitérer les décisions du 17 juillet »

Le prochain bureau politique que tiendra le PDCI-RDA ce lundi 24 septembre à Daoukro, sera en termes de décision, un renouvellement de celui du 17 juillet dernier. Les députés du groupe parlementaire de cette formation politique l’ont fait savoir ce jeudi 20 septembre après-midi au cours d’une conférence de presse au siège de leur parti sis à Abidjan Cocody.
 
« Après la bonne tenue du bureau politique du 17 juin, nous les députés du groupe parlementaire du PDCI-RDA, nous irons encore à ce bureau politique pour soutenir et confirmer les résolutions qui ont été prises le 17 juin. Nous avons mis le président Henri Konan Bédié en mission. Nous lui avons donné un mandat lors de la réunion du 17 juin. Le président Henri Konan Bédié a mené toutes les actions au cours de ce bureau politique, il va encore nous rendre compte et nous allons adouber, nous allons approuver toutes les actions qu’il va mener », a coupé court le député Guy Bailly Dodo qui animait la rencontre avec 8 de ses collègues. A savoir les députés Ya Touré, Konan Marius, Atsé Camille, Akoto Olivier et Kouassi Patrice. « S’il faut 1000 bureaux politiques, on aura 1000 bureaux politiques. Il n’est pas question de se laisser faire », renchérit le député Kouassi Patrice, porte-parole du groupe parlementaire PDCI.
 
 Ils répondaient ainsi à la décision de suspension des résolutions prises par le parti de Henri Konan Bédié, par la justice ivoirienne sur saisine d’un cadre de ce parti. Pour les députés du parti de Henri Konan Bédié, leur formation politique est l’objet d’une cabale pour la déstabiliser en interne et de extérieur depuis son choix de ne pas s’associer à la formation du RHDP parti unifié. Allusion faite entre autre à la naissance de courants dans le parti, la participation de certains de leurs cadres à la création du parti unifié RHDP, la révocation de certains de leurs cadres de leur poste de responsabilité dans l’administration publique, et dernièrement la décision de suspension des résolutions de leur bureau politique par la justice nationale.
 
« On se demande bien si nous avons des alliés », s’interroge le député Akoto Olivier qui dit être inquiet sur l’avenir non sans appeler à la retenue de tous dans les propos et les agissements. Pour sa part, le député Konan Marius a dénoncé l’importance donnée par les autorités du pays aux différents courants et mouvements qui naissent au PDCI. Selon lui, ces initiatives n’ont aucune existence légale.
 
De la réforme de la CEI, il en a été aussi question. « Il est impératif que la CEI soit réformée avant le 13 octobre », a fait savoir le député Kouassi Patrice avant de déclarer que toutes ces questions seront abordées au prochain bureau politique de son parti.
 
Richard Yasseu
Soure : rédaction Politique.info 
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *