Réaction au rapport de l’UE –Ministère des Affaires étrangères, « Nous sommes auteurs du document sur les réseaux sociaux », Katinan Koné: “c’est infantilisant comme rapport”

Les autorités ivoiriennes ont bel et bien réagi au récent rapport de l’Union Européenne sur la Côte d’Ivoire. La confirmation en a été faite à Poleafrique.info ce jeudi 9 août par le ministère des Affaires étrangères.
 
Dans un document publié sur les réseaux sociaux depuis quelques jours et attribué au ministère des Affaires étrangères, les autorités ivoiriennes protestent contre le rapport de l’Union Européenne. Dans ce document, le ministère dirigé par Marcel Amon Tanoh, s’en prend vertement à la procédure utilisée par les rapporteurs de l’institution européenne. Notamment le canal d’expression choisi par l’UE. Qui n’est pas conventionnel.
 
« Au regard des qualités des relations qui existent entre l’Union Européenne et la Côte d’Ivoire, et en vertu des usages diplomatiques en la matière, connus des deux parties, la diffusion sur les réseaux sociaux d’un tel rapport revêt de surcroît un caractère interne, est inacceptable et montre bien manifeste de nuire et d’entacher la crédibilité de la Côte d’Ivoire », lit-on dans la note de protestation.
 
Ce document fait aussi mention de la contestation quant à son contenu, de la part les autorités ivoiriennes. « Ce document dont le gouvernement conteste la teneur, contient diverses allégations de nature à porter atteinte à l’image et la stabilité de la Côte d’Ivoire», écrit le ministère des Affaires étrangères.
 
Joint par Poleafrique.info, le ministère des Affaires étrangères confirme la paternité de cette note. « C’est un document qui vient de chez nous. C’est bien le ministère qui l’a rédigé et l’a aussi mis en ligne », réagit à Poleafrique.info un agent sous le sceau de l’anonymat.
 
Depuis le 02 août dernier, l’Union Européenne a produit un rapport sur la gestion des autorités ivoiriennes. Selon ce document accablant largement publié sur les réseaux sociaux, cette institution exprime ses inquiétudes sur la situation dans le pays. A en croire l’UE, si la Côte d’Ivoire  « affiche l’image rassurante d’une stabilité retrouvée, portée par des taux de croissance élevés », « les indicateurs sociaux stagnent » et « la population s’interroge de plus en plus ouvertement sur cette croissance qui ne lui semble pas ou peu bénéfique ».
 
Sur le plan politique, l’institution européenne montre aussi sa désapprobation du parti unifié RHDP. Selon l’UE, cette unification présentée comme la voie à la stabilité et à la paix «  a été dès le début compris par tous comme une manière pour la coalition au pouvoir de s’assurer une réélection systématique, en reléguant les éventuels mouvements d’opposition à la périphérie du jeu politique ».
 
En conséquence, l’institution européenne en croire les auteurs de ce rapport, consent à revoir ses aides à la Côte d’Ivoire.
 
Même des cadres de l’opposition ivoirienne, au-delà des divergences avec  le pouvoir ne sont pas restés de marbre. Koné Katinan Justin, porte-parole de Laurent Gbagbo, qui bénéficie de l’amnistie a réagit dès la diffusion sur les réseaux sociaux de ce rapport non dénoncé par l’Union Européenne.
 
“Depuis une dizaine de jours circule un rapport attribué à l’UE et intitulé « Rapport des Chefs de mission de l’Union européenne sur la situation politique en Côte d’Ivoire (avril 2018) : derrière une façade rassurante, des signaux qui incitent à la vigilance ». Ce rapport de 9 pages analyse, en 31 points, la situation politique, économique, sociale et sécuritaire de la Côte d’Ivoire et fait des propositions symétriques aux problèmes que ledit rapport met en évidence. Aux dires des auteurs de ce rapport, la Côte d’Ivoire est dans une impasse qui compromet gravement le futur à moyen terme de notre pays. Un tel échec attribué à la gouvernance du pouvoir actuel devrait, de bonne guerre, alimenter la joie de tout opposant au régime d’Abidjan. Le comportement du gouvernement ivoirien à notre égard ne peut que nous conduire à une forme d’antipathie viscérale qui justifierait, a priori, que nous battions les mains pour célébrer son échec. Paradoxalement, ce rapport cultive plutôt en moi, une certaine révolte portée par un élan de patriotisme qui transcende mes ressentiments personnels (Dieu seul sait combien j’en ai contre ce régime) pour refuser l’infantilisation de la Côte d’Ivoire. Tout dans ce rapport dénote une certaine forme de condescendance et de paternalisme impropres aux relations entre nations. A l’évidence, ce rapport a tous les aspects d’un rapport d’inspection d’une autorité hiérarchique sur une autorité subalterne. De ce seul fait, 60 ans après l’indépendance, aucun Ivoirien ne devrait normalement se réjouir après la lecture d’un tel rapport sur le gouvernement de son pays” dénonce Justin Koné Katinan.
 
Richard Yasseu
 
Source : rédaction Poleafrique.info 
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *