Réforme de la CEI, les jeunes veulent être représentés dans le nouvel organe électoral

Les organisations et mouvements de jeunesse la société civile membres de la coalition ‘‘Tournons la page Côte d’Ivoire pour l’alternance démocratique en Afrique” ont présenté une panoplie de propositions en vue d’une réforme de la Commission Electorale Indépendante. Au nombre de celles-ci, la prise en compte du genre, des jeunes et surtout une place prépondérante à la société civile.

C’est une proposition de modification de la loi relative à la CEI que la coalition Tournons la page a présenté à la presse ivoirienne. Les éléments nouveaux concernent le retrait des religieux, pour respecter la laïcité de l’Etat selon les organisations.  Dans le projet de modification dont pôleafrique.info a reçu copie, il est précisé que ces organisations endossent des points de réforme proposés par le Groupe de Plaidoyer pour la Transparence Electorale tout en y ajoutant sa touche.

Parmi les points adossés, figurent le retrait des religieux.

Autres points de propositions : «  le bureau central sera présidé par la société civile et les Vice-présidents seront issus des groupements ou partis politiques au pouvoir, ceux de l’opposition et du syndicat de la magistrature »

Au niveau de la commission centrale une représentation des jeunes et des femmes est souhaitée. Il s’agit notamment de  « deux personnalités désignées par les organisations ou mouvements de jeunesse intervenant dans le domaine des droits humains, de la démocratie et de la gouvernance, dont au moins une femme; ».  L’âge minimum requis est de 21 ans.

La Coalition Tournons la page estime que « – Pour une question de transparence et d’alternance, le présent projet de loi soutient que tous les membres du bureau central de la CEI soient élus pour une durée de six (6) ans non renouvelable. 5- la commission centrale de la CEI sera composée de treize (13) membres dont sept (07) permanents et six (06) non permanent ».

La coalition veut que les commissions locales soient « composées de neuf (9) membres dont cinq (5) au bureau local. Les présidents des bureaux locaux sont issus de la société civile et leurs Vice-présidents sont issus un du pouvoir en place et l’autre de l’opposition. Les cinq membres du bureau local sont liés à la CEI par un contrat de travail à durée déterminée à chaque période électorale ; qui précise leur droit, devoir et moyen de fonctionnement ».

Amadou Gon Coulibaly, le premier ministre ivoirien, sur instruction d’Alassane Ouattara a entamé des rencontres avec les politiques et la société civile à la mi-janvier 2019 en vue d’une réforme de la CEI. La coalition Tournons la page fait partie des rares groupements de jeunesse à montrer un intérêt pour  le sujet avec des propositions concrètes. Une participation politique responsable  à encourager.

Nesmon De Laure

Pôleafrique.info

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *