Région du Cavally- Anne Ouloto: “On vient au conseil pour servir”, la régie suspendue pour des “choses anormales”, des entreprises out!

La première session du conseil régional du Cavally s’est tenue ce jeudi 7 février à la salle Alassane Ouattara. Attachée à la valeur travail, Anne Désirée Ouloto, s’est montrée ferme face aux conseillers et à la population avec à leur tête le corps préfectoral.
 
La présidente du conseil régional du Cavally,a sonné le tocsin de la mobilisation et des actions de bonne gouvernance au cours de la première session du conseil régional avec un message fort. <<On vient au conseil pour servir, en faisant don de soi. Après la passation de charges nous avons décidé de la suspension de la régie jusqu’à nouvel ordre car nous avons trouvé des choses anormales. Aussi, de gros retard sont-ils constatés dans des projets engagés depuis 2014-2015. Nous avons adressé des courriers aux entreprises en charge de la réalisation de ces projets. Nous allons les retirer si elles ne s’exécutent pas>>, a menacé Anne Désirée Ouloto.
 
<<Nous avons été installés. Place est au travail. Nous devons tous nous mobiliser pour sortir le Cavally de sa léthargie. Au vu de tous les constats faits lors de la passation, nous allons organiser un séminaire de renforcement de capacités à l’attention des conseillers régionaux et des chefs de service>>, a-t-elle insisté.
 
  Dans sa volonté d’être plus proche de la population, Anne Désirée Ouloto et son conseil ont décidé de l’ouverture des bureaux de conseil régional dans les trois autres départements que sont Taï, Bloléquin et Toulépleu et l’ouverture d’une antenne du conseil au niveau d’Abidjan.  Poursuivant, la présidente du conseil régional du Cavally a annoncé la mise en place prochaine d’une plateforme pour un cadre de vie agréable.
 
<<Je veux le meilleur pour le Cavally. Nous envisageons la mise en place d’une plateforme avec les maires sur l’environnement et le cadre de vie. Je le fais ailleurs et pourquoi pas ici. Je suis à la tête du conseil régional, si Guiglo n’est pas la plus belle ville du pays j’aurais échoué. Toutes les villes du Cavally doivent rayonner. Je veux que notre conseil régional soit un exemple du vivre ensemble>>, a-t-elle indiqué. Pour, la seule femme présidente de conseil régional en Côte d’Ivoire, tout cela ne sera possible si la politique ne s’en mêle pas.
 
<<On a ici la représentativité de tous les partis. Mais, jamais, si nous voulons aller de l’avant, ne mêlons pas la politique à notre développement. La politique plombe le développement. Laissons la politique à côté et venons travailler pour nos parents. Je ne veux pas aller par la petite porte>>, a recommandé la fille de Klahon.  Yacouba Doumbia, préfet de la région du Cavally, s’est réjoui de l’engagement de la nouvelle équipe régionale dirigée par Anne Désirée Ouloto. Non sans dénoncer les graves défaillances constatées dans le fonctionnement de l’équipe du conseil régional sortante. <<Je me réjouis de l’engagement de madame et son équipe. Nous avons noté des graves défaillances dans le fonctionnement du conseil régional. La première solution que vous avez trouvé, c’est la formation de ceux qui animent le conseil. Vous devez travailler de concert avec la présidente car chacun a son rôle. Cette session de cadrage et de mise au point permet de donner des orientations claires. Je pense que le conseil sera dirigé avec aisance avec la ministre qui a une expérience pluri-dimensionnelle dans la gestion  de la chose publique>>, a renchéri le préfet de Guiglo. 
 
La population, quant à elle, fonde un espoir en cette nouvelle équipe. 
 
<<Notre région a connu un énorme retard avec la guerre. Le ministre Banzio de son vivant avait commencé un travail pour donner vie à la région mais malheureusement, il est parti dans le ventre de la nuit. Ces prédécesseurs ont fait de l’à peu près. Nous fondons un gros espoir en cette nouvelle équipe. La ministre a fait beaucoup pour nous avant d’être élue à ce poste. Nous croyons fermement qu’elle fera encore plus. Nous serons là pour les accompagner de nos conseils. Les palabres nous ont mis en retard. Nous avons l’impérieuse obligation de nous entendre pour le bien de notre région. Je loue le courage de notre sœur qui ne regarde pas à l’appartenance politique>>, a fait savoir le chef Koulayes Victor.
 
Notons que pour cette première session, 38 conseillers ont répondu présents sur les 41.
 
Olivier Dan Correspondant Ouest
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *