Rencontre des chambres consulaires-Le pagne wax contrefait, Jean Louis Menudier propose sa solution

« Success story du Wax : un modèle reproductible ? » est le thème  de la conférence sur le tissu Wax organisée par la Maison de l’Afrique à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI), ce lundi 11 décembre 2017.

La Chambre de commerce et d’industrie accueille à partir de ce jour et ce jusqu’à ce mercredi, la 43è assemblée du conseil patronal des chambres consulaires de l’Afrique francophone (CPCCAF). Réunions techniques, compagnonnage et réseautage, assemblée générale et diverses activités meubleront ces retrouvailles d’Abidjan.

 

« Bien que le pagne Wax ne vienne pas d’Afrique, il est très prisé par les africains qui l’ont adopté », a indiqué Touré Faman, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire, au cours de cette conférence. Toutefois, « il est l’objet de contrefaçon », soutient-il. Pour lui, cette conférence devrait permettre de mutualiser les réflexions pour valoriser le secteur du textile, de la mode et du coton. Il affirme que« l’industrie du textile est en plein essor en Côte d’Ivoire ». La production du coton, matière première du pagne, devient d’ailleurs de plus en plus importante.

Le pagne Wax s’est bien intégré en Afrique et connait un franc succès. Il s’agissait donc au cours de cette conférence, de comprendre les facteurs clés du succès de ce produit européen qui est devenu un élément culturel africain. Selon Anne GROSFILLEY, le premier Wax est arrivé en Afrique, précisément au Ghana en 1895. Au fil des années, le pagne Wax s’est bien intégré dans le quotidien des africains. Cependant, la contrefaçon risque de tuer le secteur. Il faut donc « développer une stratégie pour contrer la contrefaçon et relancer Uniwax », affirme Jean-Louis MENUDIER, PDG de Uniwax.

Il faut souligner que cette rencontre a été meublée par deux panels dont les thèmes étaient « la création de la valeur ajoutée par le business model et l’intégration du facteur culturel » et « la création de valeur ajoutée par la transformation ».
 

 Jean Malick TOURE (stagiaire)

Vos commentaires via Facebook