Sécurité Transfrontalière- Renforcement de la coopération entre Côte d’Ivoire et le Mali, mise en place du nouveau dispositif de l’UA

C’est à Odienné, au nord-ouest de la Côte d’Ivoire que les autorités ivoiriennes et maliennes se sont retrouvées pour faire le point de leur coopération, en vue de la fluidité des échanges et surtout la sécurisation de leurs frontières communes. A l’ouverture de cette rencontre qui se tient du 21 au 25 octobre, les parties prenantes ont manifesté leur volonté de réussir ce projet.

Cette coopération tient d’abord et avant tout au partage d’une frontière terrestre longue d’environ 532 km soit 17, 12 % de la frontière terrestre ivoirienne. Cette frontière constitue le point de jonction des circonscriptions administratives frontalières des deux pays.

La gestion de ces circonscriptions administratives dont la particularité réside dans le fait qu’elles débouchent sur une frontière, requiert une collaboration franche et permanente entre les autorités administratives des deux pays. C’est dans ce cadre que cette rencontre a été organisée. Il s’agit pour les autorités des deux pays de travailler en synergie de sorte à pérenniser l’excellence des relations entre leurs peuples respectifs.

« La rencontre de ce jour participe à une nouvelle approche de l’adressage des problématiques frontalières. Il s’agit de leur accorder une place importante dans la stratégie globale de développement qui elle-même s’appuie sur une norme maîtrisée de la politique de l’administration du territoire. Plus que jamais notre pays, la Côte d’Ivoire mesure l’importance de la solidarité régionale. Or cette intégration régionale ne peut être une réalité que si les frontières qui sont les premiers points de conduite permanents entre nos populations et nos peuples, demeurent des espaces de cohésion » a expliqué Amani Ippou Félicien, Directeur Général de l’Administration du Territoire, avant d’ajouter que l’Etat ivoirien s’engage pour la réussite du processus de renforcement de la coopération entre les deux pays.

« Notre pays adhère pleinement à la vision de l’Union africaine qui veut que nos frontières cessent d’être des barrières infranchissables pour devenir des passerelles » a-t-il recommandé.

Si entre autorités administratives frontalières de la Côte d’Ivoire et du Mali il n’est à déplorer aucune zone d’ombre dans la collaboration, il n’en est pas de même au niveau des populations. En effet, pour divers intérêts, des conflits ont été notés à certains endroits de la frontière commune, fragilisant ainsi la cohésion sociale dans ces zones. Ces litiges frontaliers entre les populations, tirent aussi leur origine dans la non matérialisation de la frontière entre les deux pays.

Or la communauté de destin que partagent les deux peuples commande une convergence de vue et d’action notamment au niveau des autorités administratives de ces zones dans le but de favoriser un meilleur « vivre ensemble ». Une initiative saluée à juste titre par Aboubacar Sedick Djire, conseiller technique de l’administration territoriale et de la décentralisation du Mali.

« Cette rencontre est le lieu d’évoquer l’excellence relation d’amitié, de fraternité et de bon voisinage qui ont toujours existé entre nos deux pays, relations qui chaque jour s’approfondissent et se renforcent sous la haute clairvoyance de leurs Excellences Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire et Aboubacar Keita, président de la République du Mali » s’est-il exprimé.

Il s’agit en effet pendant cette rencontre de faire le point des actions de coopération administrative frontalière entre les autorités administratives frontalières dans les différents domaines d’intérêt commun, d’identifier les difficultés ou problèmes rencontrés dans le cadre de la gestion des frontières, de proposer des solutions pour une cohabitation pacifique des populations frontalières, de créer un cadre permanent de concertation pour le règlement concerté de tous les problèmes qui surviennent  à la frontière. Dakouo Gérome, représentant de la GIZ, ONG allemande qui finance le projet, est revenu sur les composantes de cette approche de l’Union Africaine (UA).

« Le programme frontière de l’Union africaine sur le principe intangibilité des frontières hérité de la colonisation tel que consacré par la charte de l’organisation de l’Union africaine et l’acte constitutif de l’Union africaine se déclinent en trois composantes. A savoir, la délimitation de la démarcation des frontières, la coopération transfrontalière et le renforcement des capacités des acteurs » a-t-il indiqué.

Au terme de ce séminaire entre autorités territoriales ivoiriennes et maliennes, des solutions pour une cohabitation pacifique des populations frontalières, seront proposées.

Éric Coulibaly

Poleafrique.info

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *