Tribune : la démocratie ivoirienne à l’épreuve de l’inscription sur la liste électorale.

La rubrique   « LIBRE EXPRESSION   » est une fenêtre ouverte par Poleafrique.info pour publier des textes émanant de personnes qui n’appartiennent pas à cet organe de presse. La direction de Poleafrique.info a choisi de publier ces articles car ils constituent des réflexions de très bonne tenue, contribuent au débat public et respectent la charte éditoriale de notre média. Ils n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas la pensée de la rédaction de Poleafrique.info ou de ses responsables.


Contrairement à une opinion admise, je ne parlerai pas de cacophonie au niveau de l’opposition mais d’une pluralité de position relativement à l’attitude à tenir face à l’invitation de la CEI à s’inscrire sur la liste électorale. N’oublions pas que l’opposition est plurielle, diverse, subséquemment n’a pas une unicité de point de vue.

Heureusement pour la démocratie. Les uns, c’est-à-dire, Lider, le FPI d’Affi N’Guessan  et Le RPP, invitent leurs militants et les populations ivoiriennes à s’inscrire sur la liste électorale. Pour les autres, EDS et le FPI de Sangaré Aboudramane, la posture inaugurale, c’est le respect par l’Etat de l’arrêt de Cour africaine des droit de l’homme et des peuples de 2016 qui demande à la Côte d’ivoire d’opérer des reformes relatives à la composition de la CEI pour être en conformité avec les instruments internationaux  qu’elle a ratifié. Les deux positions sont respectables en ce qu’elles prennent en compte l’exercice des libertés et le respect de l’Etat de droit. Les divergences se situent au niveau des priorités. Pour Mamadou Koulibaly, Ouattara Gnonzié et Affi N’Guessan, les militants doivent d’abord s’inscrire sur la liste électorale et ensuite, viendra la bataille pour la réforme de la CEI. A contrario, Georges Armand Ouegnin et Aboudramane Sangaré pensent que s’inscrire sur la liste électorale, c’est légitimer la CEI présente et lui reconnaître, de droit,  la compétence pour organiser les élections à venir. A l’exercice d’un droit, d’une liberté cher aux uns, les autres brandissent le respect de l’Etat de droit. Dans un Etat démocratique, les débats publics contradictoires auraient permis de départager les uns et les autres et éclairer davantage l’opinion publique. Mais hélas……même dans la presse de l’opposition, le débat public contradictoire fait défaut. Bref.
 
Du strict point de vue stratégique, les postures des deux camps sont complémentaires donc,  conciliables. Seulement, l’immobilisme du pouvoir sur la question de la réforme de la CEI est démocratiquement improductif. Non seulement les instruments internationaux appellent à des réformes, mais au niveau interne, de plus en plus d’intellectuels et de membres de la société civile et politique expriment le même vœu. La loi n’est pas un dogme, elle évolue, elle change. Ce n’est pas parce que la classe politique a accepté hier que la composition de la CEI était bonne, que cette vérité juridique et politique doit être inscrite dans du marbre.  Comme l’homme, la loi naît, change, évolue et meurt. C’est le charme de sa dimension biologique. A l’évidence, la CEI, dans sa composition actuelle, divise, pose problème. En politique, le principal consiste à résoudre les problèmes et non les éluder à défaut de les élucider.
 
La politique se résume au compromis, au dialogue, aux ajustements. J’invite le gouvernement et l’opposition à trouver un cadre institutionnel de dialogue pour un compromis sur la CEI qui va dans le sens de la promotion de la démocratie en Côte d’ivoire.
 
Geoffroy-Julien Kouao
Ecrivain, juriste et analyste politique.
Auteur de « Côte d’ivoire : la troisième république est mal partie »
« Et si la Côte d’Ivoire refusait la démocratie » et « Le Premier ministre : Un prince nu »
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *